JE RECHERCHE

Les cinq meilleurs clips de 2016

Quand les images servent la musique à merveille. 

La musique électronique a, cette année encore, investi nos écouteurs et nos soirées endiablées. Et pareil pour les clips qui vont avec. Pour ceux qui seraient passés à côté, on vous a sélectionné la crème de ce qui s’est fait en 2016.

Metronomy

« Night Owl »

Notre Quentin Dupieux national alias Mr Oizo s’est chargé de la réalisation du clip « Night Owl » de Metronomy, extrait de l’album Summer 08. Le réalisateur et producteur fait parler ici sa folie absurde et tordue puisqu’on y suit le parcours d’un homme qui des personnes cherchent désespérément à tuer par tous les moyens possibles : coup de hache, de couteau, noyade, chute… Ah, et il y a aussi un cerveau baveux qui se promène sur la route !

Cassius

« The Missing »

À la grande époque des clips interactifs, Cassius en a sorti un au-dessus du lot. Il laisse en effet le choix au spectateur de choisir les protagonistes d’une histoire d’amour passionnée et de changer ce casting en temps réel. L’amour 2.0.

Pantha du Prince

« The Winter Hymn »

https://youtu.be/yBWo9xsJxGo

2016 marque également le grand retour de Pantha du Prince, six ans après la sortie de son dernier LP Black Noise. « The Winter Hymn », extrait de son nouveau long-format The Triad a ainsi bénéficié d’un clip, véritable voyage ésotérique et cosmique. On y découvre des créatures avec d’étranges miroirs sur le visage (le costume de scène de Pantha et de ses comparses sur scène) et d’autres vêtues de drôles de costumes semblables à Belphegor. Inspirant.

Moderat

« Reminder »

https://youtu.be/cJwsNUoazUg

Extrait du troisième LP du trio allemand, ingénieusement intitulé III, la vidéo de « Reminder » est une merveille de réalisation. Prenant le parti d’une animation en 3D et en noir et blanc, le clip nous dévoile un monde futuriste et inquiétant, véritable petit court-métrage.

Jamie xx

« Gosh »

https://youtu.be/hTGJfRPLe08

Dirigé par Romain Gavras, le clip de « Gosh » de Jamie xx aura marqué les esprits cette année. Et forcément, le fils de Costa ne fait pas dans la dentelle. Dans une société asservie par la technologie (les protagonistes ont des casques VR vissés sur la tête) un jeune homme (Hassan Kone) réussit à lever une armée de jeunes asiatiques qui se propage dans les rues de Tianducheng en Chine (eh oui, ce n’est pas la vraie Tour Eiffel que l’on croise dans la vidéo, mais bien sa réplique chinoise !). D'ailleurs cette réalisation vaut au français d'être nommé au Grammy dans la catégorie "Meilleurs clip".