JE RECHERCHE

HOTEL RADIO PARIS - Et si vous changiez d'avis sur la radio ?

Rencontre avec Jean-Charles véritable maître d’hôtel de ce projet-passion.

Ce pourrait être le nom du dernier Woody Allen mais non, on se parle bien d’une radio qui rythme ses ondes avec une dizaine d’émissions par semaine depuis son lancement en janvier dernier, il y a presque un an tout juste. Discrètement niché dans son local au pied de la Butte Montmartre à Paname, Hotel Radio incite tous les jours ses invités à venir partager leurs passions et leurs univers à tous les auditeurs avec une ligne artistique qui se veut qualitative mais surtout très ouverte, tant dans les formats d’émission, que pour les invités et leurs styles.

Entre les morceaux, les micros se démutent et l'on se parle musique évidemment, mais pas que. On déconne, on se chambre, on s'apprend des trucs. Et en seulement 10 mois, ce sont près de 400 podcasts qui ont été enregistrés dans l'intime local d'une quinzaine de mètres carrés ; sans doute le taux d'émissions au m² le plus élevé de la capitale. Sur la grille d’émission, on trouve par exemple target="_blank">« Lunch with Pedro » dans laquelle Pedro Winter le boss d’Ed Banger et ses compères sont invités à prendre leur pause déjeuner dans le studio. Autour d’un bon burger ils s’envoient leurs dernières trouvailles sonores. Ça sent bon la bromance, ça n’hésite pas à parler la bouche pleine et c’est peut-être cela qui fait tout le charme d’Hotel Radio Paris : des potos amoureux de la musique et de la culture, qui peuvent et veulent prendre le temps de partager leur passion, avec légèreté et spontanéité. Nous sommes allés à la rencontre de Jean-Charles, à l'origine de la radio et véritable maître d’hôtel de ce projet-passion.

luchpedro- Pedro & JC en B2B avec un bon libanais -

  • Raconte-nous ton parcours perso, ce qui t’a amené à monter ce projet de webradio indépendante ?

J’ai fait 10 000 trucs dans ma vie, des relous et des moins relous mais j’ai eu la chance de beaucoup voyager et d’avoir eu une émission de radio de 16 à 18 ans chez moi à Reims. J’ai toujours été un grand fan de radio, j’aime le format. Il y a dix ans si tu m'avais demandé ce que je voudrais vraiment faire si je gagnais à l’Euromillion, je t'aurais dit lancer un magazine papier, la radio ça paraissait plus fou. Puis dans le monde y a eu pas mal de projets similaires à Hotel Radio qui se sont crées, j’ai assisté à certains d’entre eux, et un jour j’ai décidé de rentrer en France et de me lancer ici à Paris, avec l’aide de mes proches bien sûr mais avec ma vision du truc.

  • D’où vient le nom « Hotel Radio Paris » ?

Quand j’ai vraiment décidé de créer hotel radio, j’ai cherché un nom puis pendant un voyage, j’ai trouvé, une nuit en voiture, c’était écrit dans le noir : HOTEL.1980145_925234174230306_4876285734352557751_o

  • Il y a en moyenne 3 émissions par jour la semaine sur tes ondes, tu arrives à faire ça tout seul ?

Oui même quatre je dirais, écoute, je taffe de ouf et j’ai deux stagiaires qui m’aident parfois, mais on est pas méga bien rodé. Ils ont souvent cours, leurs horaires changent. Moi je dois être là pour certaines personnes, c’est compliqué en vrai. Mais je veux plus de show, plus d’heures d’antenne donc je recrute des bénévoles en ce moment.

  • Comment tu gères et programmes les émissions ? Quels sont tes choix sur les styles et univers musicaux des invités ?

Alors les invités c’est simple, soit t’es le pote d’un pote, ou soit ce sont les gens qui m’envoient un mail à [email protected] et là je checke, mais ça dépend aussi de ton attitude, l’important c’est aussi vachement le rapport qu’on va avoir via nos e-mails ou en direct.

  • Il n’y pas uniquement de la musique sur les ondes, mais aussi des tables rondes et des débats, tu peux nous en dire plus et nous expliquer ta démarche ?

J’aime quand ça parle sur Hotel Radio. Soit entre les morceaux soit pour des talk-show, j’en ai au moins deux par semaine, sur des styles musicaux ou sur des mouvements. Par exemple  target="_blank">j'ai eu des gars qui ouvrent des squats, qui organisent des free party dans Paris, on a parlé de leurs démarches, des squats cools de paris, plein de trucs super intéressants. J’aimerais bien développer les grands talks aussi. Comme avec Twenty Magazine où ils avaient invité des jeunes et où on a parlé d’eux, du fait d’avoir 20 ans en 2016.

10400825_10153967264987427_1816142160150746893_n

  • Tu délocalises parfois ton studio à d’autres endroits, c’est quelque chose que tu aimerais faire davantage ?

Grave, quelle chance de pouvoir aller dans une ville et faire connaître la scène locale, vu que j’ai des potes un peu partout. Du coup, oui j’ai déjà un peu délocalisé, je retourne bientôt à Londres pour un event Hotel Radio dans un shop, mais la plupart du temps c’est à mes frais. Je fais ça pour le kiff, pour partager et promouvoir des gens.

  • Tu as fait un event sympa pour la fête de la musique non ?

Yes, pour la fête de la musique je me suis dit que j'allais faire une "block party à l'ancienne", un truc gratuit bien sûr, mais dans la rue, avec mes propres moyens. Puis j'ai loué des enceintes et je les ai mises devant la radio sur le trottoir et j'ai invité pas mal de Dj qui venaient souvent à Hotel Radio, je leur ai fait faire des B2B genre Boe Strummer et Detete, ou Krampf et Sylvere et franchement ça a super bien marché. C'était le bordel, les gens sont vraiment restés longtemps et certains me le disent encore : il y avait 1 000 personnes à un certain moment, c'était le feu sérieux, j'en suis très content et j'ai hâte de le refaire.

  • Super, et tu continues de ton côté le Dj-ing ?

Je kiffe, c’était tout nouveau pour moi, j’aime bien faire danser les gens, j’aimerais le faire plus. Par contre, je ne suis pas trop fan de mixer seul, j’adore les b2b, à Paris je mixe souvent avec Hashish B, surtout du rap. Mais à Biarritz j’ai joué de la house/disco et cet été à Londres j’ai joué dans une rave, du garage, de la house, j’ai trop kiffé, j’avais préparé mon truc et c’était trop bien. En vrai j’ai accès à toute les musiques via les différents Dj set à la radio, donc ça m’influence beaucoup. Je prends des trucs à droite à gauche, plus ce que je diggue, ça construit des sets assez cools, je suis content.

  • Quel avenir espères-tu pour HRP ?

Je n'en sais rien en vrai, et le projet n'à même pas 1 an. Bien sûr j’aimerais que ça marche. En vrai j’ai besoin de sponsors, d'un nouveau local et de faire plus de soirées, mixer plus souvent. Comme maintenant mais en multiplié par trois en fait (rires).

  • Quels sont tes meilleurs souvenirs depuis la création de HRP ?

Il y en a plein, je fais un peu partie de ces gens qui changent de meilleurs souvenirs toutes les semaines (rires). Selon le type de show et ma relation avec les invités, ça change. Je crois que c’est ça qui est le plus important.

  • Tu as un message/conseil à donner aux jeunes porteurs de projets culturels en France ? 

    Oui, associez-vous avec quelqu’un et faites bien vos démarches administratives.

Une petite sélecta Greenroom des podcasts de HRP

target="_blank">HRP x Buvette
target="_blank">Jorrdee and friends Phazz & OGD
target="_blank">Sam Tiba Japon Music Special Final Fantasy target="_blank">

SUR LES RESEAUX
target="_blank">Soundcloud
Instagram
Facebook