JE RECHERCHE
En belle Provence avec Radiohead, entre Nîmes, Arles et Saint-Rémy

En belle Provence avec Radiohead, entre Nîmes, Arles et Saint-Rémy

Un poète anglais proche de Radiohead a livré les premiers détails (et peut-être uniques) de l'enregistrement de leur dernier album, A Moon Shaped Pool. Sous le soleil de Provence.

Le lendemain du partage d'A Moon Shaped Pool, le grandiose neuvième album de Radiohead, Greenroom a contacté l'équipe du studio où le disque a été enregistré avec l'espoir de choper quelques infos sur le disque le plus attendu de l'année.

« Merci de votre intérêt, mais on est contractuellement tenu de ne rien dévoiler sur Radiohead » s'excuse par téléphone un membre des studios. Pas de chance.

colin-greenwood-in-front-of-la-fabrique-studios-provence-during-the-recording-of-radioheads-new-album-ed-obrien-is-in-the-background

Radio Silence

On s'y attendait un peu en vrai, mais on a tenté le coup pour une raison simple : ces fameux studios sont situés en France, à Saint-Rémy de Provence. C'est dans la charmante ville des Bouches-du-Rhône, connue pour avoir interné Vincent Van Gogh dans son asile d'aliénés, que se trouvent les studios de La Fabrique où Radiohead a décidé de concocter le successeur de The King Of Limbs. Les installations sont implantées dans une vieille et luxuriante ferme du XIXème siècle où cohabitent des vieilleries architecturales, certaines datant même de l'époque Romaine, et des équipements hyper modernes.

Radiohead préférant agir dans la discrétion, aucun média n'a encore pu rentrer dans les coulisses de l'enregistrement d'A Moon Shaped Pool. A part un : le Times Litterary Supplement. Pas un média musical donc, mais de lettres. La raison ? Adam Thorpe. Cet écrivain, poète et journaliste britannique est en effet le seul (pour l'instant) à avoir été autorisé par Radiohead à écrire sur le groupe en phase d'enregistrement de l'album. Résidant à Nîmes et ami du bassiste Colin Greenwood, Thorpe a été invité à partager une matinée ensoleillée à La Fabrique avec Radiohead.

Radio Dead

Trois ans plus tôt, le poète anglais (mais né à Paris) était déjà aux côtés du groupe en Provence pour un de leurs concerts les plus mémorables. C'était le 10 juillet 2012 dans les splendides Arènes de Nîmes. Ce soir-là, le groupe jouait son premier set depuis la mort tragique de Scott Johnson, un roadie de la tournée de King Of Limbs, décédé après l'effondrement de la scène de Radiohead avant un concert à Toronto. Après une série de performances annulées, le groupe avait relancé sa tournée à Nîmes où ils ont rendu hommage à Johnson en débutant le set par "Lucky" pour la première fois depuis 1998 (son refrain "Sortez-moi de ce crash" rappelant le drame de Toronto) et en projetant des photos du bonhomme en clôture, sur le son de "Reckoner". « C'était une nuit émotionnelle » admet avec réserve Thom Yorke dans le papier d'Adam Thorpe qui décrit ainsi l'allure juvénile du chanteur à presque 50 ans :

« En dinant avec le groupe sur une place d'Arles il y a treize ans, j'ai entendu Thom Yorke annoncer qu'il allait quitter le rock à 40 ans. Il ne voulait pas être un Mick Jagger, à toujours se pavaner dans ses vielles années fanées. La cinquantaine arrive désormais, mais quand il apparaît en traversant la pelouse dans un peignoir presque Flaubertien et une serviette en turban, cool derrière des lunettes de soleil, il a l'air d'avoir vingt ans, mis à part sa barbe poivre et sel ».

Radio Star

Jeunesse toujours quand il s'agit de décrire l'ambiance dans La Fabrique. Malgré l'opulence de l'endroit et des machines à disposition (« Ça c'est un Neve 88 R soixante-douze chaînes, fabriqué à Burnley » montre Colin. « Ça vaut environ 100 000 balles. C'est de l'analogique, comme ce Studer à bobines, mais on utilise aussi du digital »), Adam Thorpe est surpris par la légèreté du travail. Pas que le groupe s'amuse entre eux, mais l'atmosphère ressemble à celle de gamins jouant aux Playmobil :

« Jonny (Greenwood), toujours actif, est sur un siège en cuir, penché vers sa machine sonique faite-maison (des petits marteaux qui frappent de divers objets) et son ordinateur portable. Il établit un rythme, mi-calypso, mi-reggae, avec ses pots et cartons de yaourt, cloches et mini-tambourin. « Ça sonne comme du Marvin Gaye » commente Ed (O'Brien, guitariste). Malgré tout l'équipement onéreux, on est effectivement retombé sur des gars bricolant dans leur chambre: peut-être qu'il est là le cœur de tout cet imaginaire fertile, ses singularités pas si lointaines des gestes d'un poète ».

1518e18d15ae2281e8759bc2571d5427

Dans une cabane à côté, le graphiste attitré de Radiohead écoute en direct ce qui se passe en studio et dessine ce que lui inspire le travail brut du groupe, pas l'album fini. Ce sont ces dessins, ensuite retravaillés par ordinateur, que l'on retrouve aujourd'hui en accompagnement d'A Moon Shaped Pool, l’œuvre d'un groupe en pleine liberté créative dans l'air de Jouvence de la Provence, mais sûrement toujours hanté par le deuil : « Alors que mon monde s'écrase, je danse » chante Thom Yorke sur « Present Tense ».