JE RECHERCHE
François Ier : « Je ne suis pas un royaliste à la con »

François Ier : « Je ne suis pas un royaliste à la con »

Le talentueux producteur co-fondateur de Boussole Records évoque son nouvel EP « Hotêl du Nord » Rone, Jacques et le Pape François. 

Etudiant en cinéma et serveur du lundi au vendredi, le Toulousain longiligne François Ier est producteur à ses heures gagnées. Dans la musique depuis un peu plus de 3 ans, il commence à vivoter de ses lives. Sa musique a pourtant un cachet très certain, influencée entre autres par le compositeur de musiques de films François de Roubaix et Pink Floyd. Ce vendredi 13 mai, quoiqu'en disent les superstitieux, ce jeune aventurier de l'électronica dégaine sa première sortie sur galette via Haut Cinq. Une structure montée en parallèle de target="_blank">Boussole Records par ses potes Antonin et Gabriel. Occasion rêvée de revenir sur le début de parcours de ce dude encore mystérieux. Mais plus pour longtemps.

Un EP plein de surprises  : 

Après 3 EP plutôt binaires, François Ier étoffe sa palette : « J'essaye d'enrichir le contenu de ma musique. Mon premier EP est sorti il y a 3 ans, j'ai commencé à produire seulement un an avant, donc comme je le dis souvent je suis encore en phase de découverte, d'apprentissage. Du coup j'essaye d'explorer de nouvelles choses. »

Et il n'y a pas que le côté musical qui est plus chiadé. Après 3 EP sortis en digital, voici la galette : « Via Haut Cinq, on essaye de faire des sorties en physique, plus soignées que sur Boussole où l'on balance du free download sur Soundcloud. Ça me tenait à coeur sur cette sortie d'avoir mon vinyle dans les mains et je suis content d'avoir été à l'origine du visuel et  du clip que j'ai tourné il y a quelques semaines. »

Un blaze pas toujours facile à porter :

Pour une fois que le nom d'un artiste a une histoire amusante : « Quand j'ai monté le collectif/label Boussole avec quelques potes, notre première soirée est vite tombée et il fallait que je trouve un pseudo un peu dans l'urgence. Je suis assez intéressé par l'histoire de France, surtout quand j'étais plus jeune, sans pour autant être un royaliste à la con. Mais c'est vrai que pour le référencement sur internet ce n'est pas toujours évident, d'autant plus que le pape m'a copié quelques mois après. Du coup je suis un peu noyé dans la masse d'actualités du pape et les anecdotes historiques, mais je fais avec. » D'où l'EP 1515, faisant allusion à la date la plus connue de l'histoire de France à savoir la Bataille de Marignan, ou encore «  target="_blank">Renaissance ».

Jacques et Joy!, les connexions se font

« J'ai plus la casquette de producteur que celle de mon label. Mais souvent les artistes de Boussole sont des gars qu'on invite pour jouer à nos soirées, et avec qui le courant passe bien. J'ai rencontré les Joy! a New-York l'an dernier, ce sont devenus de très bon potes. Je les ai donc introduits dans le label. On travaille depuis plusieurs mois sur un live de 45 minutes qu'on doit présenter très bientôt, sur des dates qu'on va faire avec Jacques. » Les deux frangins de target="_blank">Joy! ont donc fait leur « Entrée » chez Boussole Records grâce à François Ier.

À l'évocation de l'hurluberlu Jacques, on a forcément été amené à parler de coupe de cheveux. C'était facile mais au vu de l'anecdote... « Je te recommande d'aller checker la conférence TED qu'il a faite à ce propos où il s'explique un petit peu par rapport à ça. C'est un truc sur la quête de confiance en soi en gros. Les dix premières minutes où tu le vois t'es un peu interloqué mais il l'assume tellement qu'au final ça lui va plutôt bien. Je verrai pas le personnage avec une autre coupe que ça en fait. ». Pour les curieux en quête de confiance en eux, sachez que le turban saute aux alentours de la 9ème minute.

François Ier est-il oui ou non un aficionado de Rone ?

« J'ai fait deux premières parties avec lui, une à Toulouse et une à Genève. Dans le créneau musical dans lequel je suis, en France, t'es très vite référencé par rapport à l'écurie Infine, ce qui n'est pas pour me déplaire. J'ai beaucoup écouté le premier album de Rone, un peu moins ses derniers projets. Ce mec est super humble et accessible, très cool. ». C'est vrai qu'il était bon ce premier opus de Rone quand même.

« Ma prochaine sortie sera un album, plutôt pour 2017, j'ai déjà des productions bien avancées que je joue en live ». Avis aux aficionados d'electronica et de bon goût, vous savez désormais ou aller pour profitez des previews :

943750_942083745905569_6651288272345262483_n

Bonus - Devinette : 

Peu adepte du sampling, François Ier n'a utilisé cette technique qu'une seule fois, sur l'imparable « Neptune ». La vocale samplée est assez connue, vouz l'avez ?


Il s'agit de « Saturday Love », un morceau de Alexander O'Neal & Cherelle.