Music par Kerill Mc Closkey 09.05.2016

Radiohead a-t-il créé la grande chanson contestataire sur le changement climatique ?

« The Numbers »

Le neuvième album de Radiohead est là, cinq ans après The King Of Limbs. Parmi les plusieurs grands moments de A Moon Shaped Pool, un morceau se dégage : « The Numbers ». Déjà connue des fans sous le nom de « Silent Spring », elle avait été jouée par Thom Yorke lors d’un concert à Paris en marge de la COP21, afin de sensibiliser à la cause de la lutte contre le dérèglement climatique.

Renommée « The Numbers », ses paroles actualisées semblent toujours faire référence au combat environnemental : « Nous sommes de la Terre, à elle nous rendons des comptes ». Le chanteur de Radiohead avait pourtant déclaré par le passé qu’il ne comptait pas faire de chanson sur le changement climatique, parce que « ça serait de la merde ». Entre les dangers du simplisme sauce néo-hippie et la difficulté de sonner rebelle en parlant de température (ça claque moins que l’inégalité sociale), l’exercice est effectivement compliqué.

« The Numbers  » évite parfaitement l’écueil. La voix hantée de Thom Yorke rend ses mots pesants, graves, menaçants. Des mots loin d’être bucoliques, et qui s’attaquent frontalement aux systèmes politiques et économiques :  » Nous ne sommes pas à la merci de vos cache-misères et de vos formules » / « Votre système est un mensonge » / « Vous pouvez nous vider comme de la soupe, comme si on était des jolies fleurs brisées, mais nous allons récupérer ce qui est à nous, récupérer ce qui est à nous ».

Contre la tyrannie des chiffres, des « nombres », Thom Yorke appelle à la prise de pouvoir de chacun d’entre nous : « Nous appelons le peuple, le peuple a ce pouvoir, les chiffres ne décident pas ». Un appel qui dépasse celui du combat climatique, simplement sous-entendue dans cette chanson. C’est ce qui la rend terriblement puissante.