JE RECHERCHE
"Daydreaming" est une impeccable et écrasante ballade par Radiohead

"Daydreaming" est une impeccable et écrasante ballade par Radiohead

Radiohead a partagé le second single de leur neuvième album, ainsi qu'un clip réalisé par Paul Thomas Anderson.

Il existe (au moins) deux types de fans de Radiohead et avec, deux types d'attente sur ce que le groupe doit offrir comme nouvelle musique. Il y a ceux admiratifs du parcours de Radiohead, ceux qui félicitent leur constante évolution entre chaque album, leur veine expérimentale. Ceux-ci attendent de l'audace, de la surprise, de l'étrangeté dans une nouveauté de la bande à Thom Yorke : "Burn The Witch", avec ses violons pincés menant la danse et ses paroles cryptiques, les a ainsi conquis.

D'autres cherchent la simple émotion chez Radiohead, des chansons fortes avec de l'instrumentation palpable. Et si "Burn The Witch" a pu leur paraître un peu opaque, tout comme le frêle King Of Limbs, "Daydreaming" les rassurera. Ce second extrait de l'album (à venir ce dimanche à 20h sur internet !) est une écrasante ballade. Et reconnaissable : ses notes en arpège rappelle "Weird Fishes/Arpeggi", morceau peu connu mais adoré d'In Rainbows. Il y a aussi du "No Surprises" dans ces notes mélancoliques, mais surtout dans le chant de Thom Yorke avec cette manière de clamer platement, sans élan de tristesse, l'oppression de son être.

La narration de Yorke est impeccablement construite. Elle débute par un mystérieux constat (« Les rêveurs n'apprennent jamais »), décrite ensuite comme irréversible (pourquoi ?), impossible à résoudre car nous dépassant (de quoi ?), avant de se conclure sur une mystérieuse conséquence cette fois-ci (« Nous sommes heureux de vous servir », qui ?). C'est propre, juste parfait. L'évolution assure l'émotion, bien aidée par le dramatique environnement musical du morceau, tout en laissant un champ d'interprétation presque infini.

Les premiers décodeurs de l'internet ont évoqué les thème du divorce, du changement climatique, de l'immobilisme de la société, de l'emprise de la musique de Radiohead sur la vie de leurs fans, du travail standardisé, et même de Dieu. Peut-être aurons-nous davantage d'indices ce dimanche 8 mai quand Radiohead publiera leur album, à 20h. "Burn The Witch" et "Daydreaming" ont en tout cas déjà bien réussi à échauffer nos cerveaux et nos cœurs. Il ne faut jamais aborder une grande partie à froid.