Music par Kerill Mc Closkey 28.04.2016

L’album de la semaine, beybey : Doomsquad, « Total Time »

Pris entre les sorties de Beyoncé samedi et de Drake cette nuit, Doomsquad tire son épingle du jeu par leur seule musique, dansante et hypnotique.

Au bas des buildings de Toronto

Tous les yeux seront dirigés cette nuit vers Toronto, la ville de Drake. Son nouvel album, Views From The 6, sera effectivement dévoilé à 4h du matin heure française sur OVO Sound Radio. Un album qui, au vu de sa pochette déjà célèbre pochette où Drake trône au-dessus du building emblématique de Toronto, devrait parler de la métropole canadienne chère au rappeur.

Mais en bas de la CN Tower, caché du regard de Drake tel Frodon face à l’œil de Sauron, l’underground de Toronto continue de gigoter de son côté, loin du ramdam médiatique causé par Drake. Doomsquad (« brigade de la perte ») pourrait être le nom de code de cette scène qui ne réussira sûrement jamais. En vrai, un seul groupe se l’ait approprié, un trio qui sort ce vendredi 29 avril un puissant album de new-wave électronique et psychédélique : Total Time.

Fait plutôt rare, la brigade Doomsquad est composée de trois frères et sœurs. Leur musique n’a pourtant rien de familial : prise entre la no-wave du New York nihiliste des 80’s, le revival dance-punk des LCD ou Crystal Castles et les esthétiques cramées du garage psychédélique, Total Time crée une expérience aussi vivifiante pour le corps que brûlante pour l’esprit.

Totalement en dehors du temps

Brûlant, l’enregistrement de Total Time a sûrement dû l’être également. Pour leur deuxième album, le trio s’est en effet envolé pour les paysages arides du Nouveau Mexique, pour s’échapper de la routine et du cadre urbain, mais aussi du Temps. Trevor Blumas, le frère entouré de ses deux sœurs au sein de Doomsquad, expliquait ainsi cet isolement : « On s’est débarrassé de toutes les montres et appareils qui montrent l’heure pour s’échapper des habitudes acquises à la ville. On s’est mis dans cet état d’esprit étrange où seuls les levers et couchers du soleil t’indiquent une temporalité ».

Résultat, les morceaux de Total Time évoluent de manière irrégulière au long de jams synthétiques et hypnotiques, où quelques mélodies entêtantes suffisent pour inviter l’auditeur dans leur univers. Et pour l’inviter à danser organiquement, de manière physique, instinctive. A danser comme un diable quoi : Views From The 666.

Total Time sort le 29 avril via Bella Union/PIAS.

ddddoooo