JE RECHERCHE
Digitalism de retour : "On s'est surpris nous-mêmes"

Digitalism de retour : "On s'est surpris nous-mêmes"

Le duo de Hambourg a enregistré son nouvel album dans un élan créatif décomplexé, tourné vers le live.

Même 9 ans après, le tube "Zdarlight" colle encore à la peau de Digitalism. La paire allemande avoue avoir tenté de nous refaire le coup sur leur nouvel album, Mirage, qui sort le 13 mai prochain. "Utopia pourrait être le nouveau Zdarlight". Une idée que Jens et Ismail jettent comme ça, mais pas vraiment une envie. L'important pour eux était d'avoir du son neuf. "On ne s'est jamais arrêté de faire des concerts, mais pour faire une nouvelle tournée américaine par exemple, il a fallu qu'on retourne en studio". Un constat fait début 2015, et l'enregistrement n'a même pas été un problème : "on a su qu'on avait terminé l'album quand c'est devenu trop long pour apparaître sur un CD, on en avait encore beaucoup sous le coude».

width="100%" height="166" frameborder="no" scrolling="no">

"Comme un nouveau premier album"

Un passage obligé en studio, donc, mais sans pression. "Comme on sort régulièrement des singles, c'était surtout l'occasion de faire plus de morceaux d'un coup. La seule différence c'est qu'avec le mixage, il a fallut qu'on donne une couleur d'ensemble à l'album. On savait aussi que personne ne l'attendait, c'était finalement comme faire un nouveau premier album". Le rendu est comme ils disent catchy, mélodique, rebelle, un peu pop. "On s'est surpris nous-mêmes, et on a tout gardé sans se censurer". Digitalism ou la vie facile de DJ, et si tout se passe bien pour un petit bout de temps encore. Parce que ce retour en force découle de l'intention première du duo : vivre de leur musique. "À l'époque de Zdarlight on faisait la fête, nos morceaux passaient à la radio, on restait en studio toute la nuit, c'était génial. Nos vies n'ont pas tellement changé jusqu'ici. Maintenant on touche du bois. Le streaming est ce qu'il est. C'est une évolution normale. Les ventes d'album ? On s'en fou. On veut juste faire bouger les gens en live". D'où les secousses effrénées de Mirage, de quoi faire craquer le dancefloor. "Pas d'inquiétude, on continuera de jouer Zdarlight en live».