Music par Greenroom 26.04.2016

« Batdance » : Quand Prince composait pour Batman

En 1989, Prince a composé la B.O du film réalisé par Tim Burton sur le chevalier noir.

L’univers foutraque de Prince s’accordait évidemment aux délires écorchés de Tim Burton. Donner vie aux allures lugubres de Gotham City fut donc naturel pour les deux artistes aux attraits pernicieux. En 1989, le Kid de Minneapolis qui affectionne autant le violet que ce taré de Joker pond tout un album, son onzième, donnant sa couleur sonore au film mythique Batman, réunissant Michael Keaton (Le Batman), Jack Nicholson (Le Joker) et Kim Basinger.

Afficher l'image d'origine

Enregistré en un temps record, le destin de Batman se cantonnera à appuyer le succès du film qui cartonne au box office. L’album fait par ailleurs suite à l’échec commercial du précédent disque de Prince, Lovesexy (1988). On y trouve du bon avec « The Future »,  « Trust » ou « Vicki Waiting », du tendre avec la ballade « The Arm of Orion » à faire rougir les films Disney, et de l’éternel avec le célèbre « Batdance », qui demeure l’hymne le plus travaillé en l’honneur de l’homme chauve-souris.

Batdance repêché de justesse…

Ce track mythique aurait pu ne jamais voir le jour. Dans la précipitation d’un opus enregistré en 6 semaines, l’artiste a un effet remplacé le morceau « Dance With The Devil » par « Batdance » à la dernière minute. Prince a sans doute fait le bon choix, à en croire la position de numéro 1 squattée par le titre pendant 18 semaines au top 100 Billboard.

…et un épisode des Simpsons mis sous l’eau

Le film Purple Rain, oscarisé pour la meilleure musique de film en 1985, est l’œuvre emblématique du Kid de Minneapolis. Outre ses qualités de musicien, Prince avait cette faculté à se plonger dans un univers ou un personnage, voire même deux personnages à la fois.

e18c041c4d287cde48e02a206ed2f54e

Source d’inspiration inépuisable pour de nombreux artistes, Prince a même tapé dans l’œil de Al Jean, producteur des Simpsons. Un dessin animé mettant en scène le musicien violet devait faire son apparition, mais Prince lui-même s’y est opposé. En cause, selon Al Jean, une blague sur les films de Prince que l’artiste aurait mal pris, ainsi que la peur de passer pour  « le second couteau de Michael Jackson ». L’épisode devait effectivement raconter l’histoire de Leon Kompovsky, un malade psychiatrique qui se prend pour Prince. Or ce même personnage était déjà apparu dans le premier épisode de la saison 3 de la série animée, au moment où il était convaincu d’être… Michael Jackson. Le  « roi de la pop » avait même fourni sa voix pour cet épisode devenu culte.

Dommage, il était beau le Prince animé.

prince-simpsons