JE RECHERCHE
Les 10 rappeurs français les plus « screds »

Les 10 rappeurs français les plus « screds »

Petite liste des emcees de l'arrière-salle du rap français. On parle peu d'eux, mais à chaque fois pour des raisons différentes.

Loin des Jul et autres rappeurs de supermarché, le backstage du rap français regorge de performeurs méconnus mais souvent bluffants ou intrigants. Morceaux choisis de jeunes pousses, backeurs ou d'artistes qui font de la discrétion leur fonds de commerce. Des noms à garder au chaud, quelques-uns veulent à tout prix rester « screds ».

Les petits nouveaux du game

Lonepsi

Ce jeune poète manie les mots avec brio, et bichonne ses propres instrumentales home made. Une musique authentique et artisanale, puisque ce jeune parisien s'enregistre régulièrement dans sa chambre. Malgré une apparition sur le planète rap de Georgio, et un target="_blank">premier EP intitulé Danger de Mot, Lonepsi mène une carrière assez solitaire, comme un « loup des steppes ». Pour l'instant.

Eddy

Eddy Woogie n'a même pas de page Facebook. Le Lyonnais sort un peut de nulle part, si ce n'est du crew des Bavoog Avers. Il a d'ailleurs l'impression qu'il n'est « pas de ce monde ». Peut être une des raisons pour lesquelles il rappe encore plus ou moins incognito, si l'on met de côté les quelques 35 000 voyeurs qui sont partis avec lui dans « Lodela ».

Calvin Davey

Encore un qui n'a pas de page Facebook. Le Franco-américain a pourtant tout pour réussir, bien porté par ses acolytes du High Five Crew qui s'extirpent de l'anonymat en enchaînant les sorties réussies sur internet. Au sein de cette troupe de lyricistes français, Calvin Davey a lui choisi le rap anglophone, même si ce dude maîtrise aussi la langue de Molière.

Les Backeurs

Les backeurs sont les bras droit d'un rappeur en concert. Ils permettent d'apporter une énergie supplémentaire au live, et aussi à la tête d'affiche de reprendre son souffle. La plupart des backeurs sont dans un quasi-anonymat comparé aux artistes qu'ils accompagnent. Mais ces fauteurs de groove ont souvent bien plus de talent qu'on ne le croit.

Doum's

Cette grande tige aux longues locks est probablement le plus connu des backeurs. Membre du collectif l'Entourage et backeur de Nekfeu, cet hurluberlu n'a pourtant jamais sorti de projet solo, et ce malgré une première mixtape sortie début 2013. D'après son entourage, le lancement poussif de sa carrière en solitaire est dû a un goût assez prononcé pour la procrastination.

Sanka

Le backeur de Georgio se fait apeller Black Shaolin, mais il est loin d'avoir le train de vie d'un moine. Ce surnom vient d'ailleurs de son premier projet Black Shaolin, sorti en téléchargement gratuit, mais introuvable sur les plateformes de streaming. L'EP est bien caché, sur le site internet de la 75e Session. La discrétion à l'état pur.

Céo

Backeur du saugrenu Hippocampe Fou, Céo n'est pas l'artiste français qui bénéficie de la plus belle exposition médiatique qui soit. Il est pourtant venu quasi à l'improviste poser un curieux inédit au planète rap de Oxmo Puccino. Céo calme.

La « scred credibility »

Dans le rap, la discrétion vis à vis des médias peut rendre plus crédible auprès du public.

Hugo TSR

Le rappeur emblématique du TSR Crew est presque aussi muet que MC Solaar dans la presse. Quand le emcee du 18ème prend la parole, c'est uniquement pour rapper, visage couvert dans les clips. Dans l'une des seules interviews de son groupe TSR, accordé à le Rap en France, il expliquait cette démarche : « la vraie promo, ce sont les auditeurs qui la font si le projet est bon ».

Népal

À cause de son homonymie avec le pays d'Asie du Sud, Népal est difficile à trouver sur les réseaux sociaux. Le rappeur met également un point d'honneur à ne jamais montrer son visage. Il a même trouvé un acteur pour répondre à une interview vidéo pour Hyconiq à sa place. KLM, son projet de beatmaking, ne le rend pas plus extraverti. Un choix artistique affirmé et assumé par le emcee parisien.

L'hérétique : Pepso Stavinsky

On ne le met dans aucune case car il est inclassable. En plein dans la promotion du volume 2 de Les Hérétiques, son EP à venir en duo avec le beatmaker RezO, Pepso Stavinsky a un univers bien trop à lui pour le grand public. Mais son goût pour la luxure et ses rimes luxuriantes séduisent, bref, de l'originalité dans le bon sens du terme.

La Scred Connexion

Comme ça, pour le fun. Ce quatuors parmi les plus emblématiques de la musique urbaine française n'est plus « scred » pour un sou. Au delà de leurs textes respectés et solides, ils vendent même des vêtements maintenant.

À lire aussi, en toute discrétion, dans la trilogie scred :