Music par Gaspard Labadens 14.04.2016

Big Budha Cheez : un docu à l’ancienne sur le rap old-school

Par delà l’élaboration méticuleuse et Old School du premier album du duo, l’heure des loups, à venir le 22 avril. 

Les cassettes ne sont qu’un vague souvenir pour nous tous, mais le monde réel, loin du digital, existe encore. Et dans ce monde réel les Big Budha Cheez sont quasi seuls à vivre. Le duo montreuillois enregistre tous ses sons sur des bandes analogiques et tourne ses clips en pellicule 8mm. Un boulot totalement artisanal et surtout sacrément galère, car extrêmement coûteux. De quoi forcer notre respect à tous tant la manip’ prouve tout le talent de ces deux frappadingues, et celui de tous ceux qui soutiennent les Big Budha Cheez. Le très chouette mini-docu intitulé Organique que l’on vous dévoile en exclusivité sur Greenroom donne la parole aux potes du collectif Exepoq organisation, ingénieurs du sons et manageuse des Big Budha Cheez.

Tourné en 16mm et en VHS,  le mini-film nous éclaire sur les choix du groupe quant au support de leur musique, volontairement désuet en terme de technologie, mais pas de texte ou de musique. De quoi s’imprégner de leur goût du vintage, de la discipline des prises de son en « one shot » (obligatoire en analogique), et tenter de comprendre ces mecs qui, comme leur ingénieur du son Remy Etourneaux les décrit : « ne sont pas des gens qui veulent faire de la musique plus vite que la musique ».

Travailler à la bande et retrouver ce son chaud et précis est un travail fastidieux. Pourtant, ce retour en arrière qui consiste à se passer des technologies d’enregistrement actuelles a des airs  futuristes. Loin d’être enfermés dans le old-school, les Big Budha Cheez apportent une touche singulière de modernité. Le résultat de cette alchimie entre retour aux sources et nouvelle vague, fruit d’un travail de titan, est attendu ce mois ci : le premier album des Big Budha Cheez, L’heure des loups, sort le 22 avril.

Crédit photo : Frédéric Coudreau