JE RECHERCHE
Le jour où Noel Gallagher a interviewé... Mario Balotelli

Le jour où Noel Gallagher a interviewé... Mario Balotelli

Dans les coulisses de cette rencontre au sommet entre deux types de rockstar à la mancunienne.

« Why Always Me ? ». Ces trois petits mots ont fait le tour du monde le 23 octobre 2011. Opposé à Manchester United, le rival et voisin, Manchester City remporte ce jour-là une victoire retentissante sur le score de 6-1. Un joueur surtout surnage : Mario Balotelli, auteur d'un doublé. Sur le premier de ses buts, le jeune italien de 20 ans à l'époque soulève son maillot, laissant voir aux dizaines de caméras présentes un T-Shirt bleu clair, et ce message : « Pourquoi toujours moi ? ». En cause, l'acharnement des (très agressifs) tabloïds britanniques qui se délectent des péripéties et extravagances du gamin trop friqué, trop tôt. Ici l'explosion de feux d'artifices dans sa maison, là la présence de 7 000 euros en cash dans sa bagnole, « parce que je suis riche » comme il explique au policier qui le contrôle. Dégoûté de ces incrustations médiatiques, Mario Balotelli refuse toute interview à la presse anglaise lors de son passage à Manchester City entre 2010 et 2013. Sauf une, acceptée à cette seule condition : qu'elle soit menée par Noel Gallagher, guitariste et chanteur au sein d'Oasis, le plus célèbre groupe anglais des 90's.

Noel Gallagher n'était pas prévenu

Dan Walker avait pourtant essayé de l'avoir pour lui cet entretien. Journaliste sportif à la sacro-sainte BBC, son influence dans le monde du football n'avait pas suffi pour convaincre « Super Mario » à s'épancher devant les yeux du pays. Désespéré devant les refus successifs du joyau le plus fascinant du championnat, il tente courant 2011 son dernier va-tout : proposer à Manchester City une interview menée par le plus célèbre supporter du club, par chance fana du comportement désinvolte de l'attaquant, c'est à dire Noel Gallagher... sans même avoir son aval !

Dans son autobiographie, Dan Walker raconte la réponse à sa proposition : « Une semaine après, on a reçu « Il est d'accord. Il aime Oasis et il parlera à Noel... mais seulement à Noel ». Mon plan démoniaque s'accomplissait. Tout ce qu'il me restait à faire, c'était de convaincre un homme au milieu d'une tournée mondiale de changer son itinéraire afin qu'il réalise une interview, d'un footballeur. D'où deux semaines de négociation avec des agents, agences, amis et amis d'amis pour trouver une bonne date et un bon lieu. La bonne nouvelle c'est, qu'enfin mis en contact avec Noel, il a dit oui immédiatement et a changé son emploi du temps en environ dix minutes ». Si vous doutiez encore de la passion de Gallagher pour son club de foot, vous voilà fixé.

Noel-and-Mario_1463633a

Balotelli parlait mal anglais

L'interview, sur le papier sulfureuse, entre les deux têtes brûlées est diffusée sur l'émission Football Focus en mars 2012. Malheureusement, elle déçoit, principalement à cause de la réserve de Balotelli, l'exemple type du bouillant silencieux, en plus de son fébrile niveau d'anglais. Reste néanmoins un échange savoureux en toute fin d'entretien, coupée au montage, lorsque Noel Gallagher demande au sportif s'il a une question à lui poser. Réponse : « Pourquoi tu m'aimes autant ? ». « Regarde-toi, t'es Mario Balotelli et tu inscris des buts de ton épaule ! » lui explique alors le musicien. « Je suis une rockstar mais toi, t'es une mégastar ! En ce qui me concerne, le reste du monde peut aller se faire foutre ». Une déclaration qui résume parfaitement, selon Dan Walker, « pourquoi la musique et le football sont de si agréables compagnons ».

Surtout à Manchester.