JE RECHERCHE
Le jour où Nile Rodgers s’est fait recaler de boîte

Le jour où Nile Rodgers s’est fait recaler de boîte

Alors même que ses tubes passaient à l’intérieur, Nile Rodgers s'est fait interdire l'entrée du studio 54 à New York. Il composera l'un de ses plus grand tube de retour chez lui.

31 décembre 1977. Nile Rodgers a 25 ans et son groupe Chic est déjà au top, notamment grâce au tube “Everybody Dance” qui chauffe les dancefloors du monde entier. Au top elle aussi : Grace Jones, 29 ans, qui organise la plus grosse soirée de l’année au Studio 54 de New York qui est à l'époque “le plus grand club du monde” assure Nile, qui composera « Get Lucky » avec les Daft Punk 35 ans plus tard.

Imiter l'accent de Grace Jones

La mannequin a passé un coup de fil à Nile Rodgers et à Bernard Edwards, son bro avec qui il a fondé Chic, pour qu'ils viennent fêter le nouvel an avec elle. “Elle nous avait simplement dit de nous présenter à la porte de service et de dire que nous étions des amis de 'Mademoiselle Grace Jones'. C’est ce qu’on a fait” explique le guitariste dans de multiples interviews, notamment celle du documentaire Nile Rodgers, les secrets d'un faiseur de tubes, diffusé sur Arte en janvier 2015. “Le videur ne nous a pas cru et il nous a envoyé nous faire voir en nous claquant la porte au nez . On a ré-essayé en tentant d’imiter l’accent de Grace. Elle nous avait déjà appelé mais on ne l'avait jamais rencontrée. Au téléphone, elle avait cet accent étrange alors on a dit au videur “on est des amis de miss Grace Jones” avec un accent qui mixait les voix de Bela Lugozi (acteur célèbre pour son rôle de Dracula, ndlr) et Bob Marley. Le mec a encore claqué la porte en gueulant “Fuck off”».

Totalement dégoûtés et complètement énervés, les deux cerveaux de Chic sont retournés à l'appartement de Nile pas si loin du Studio 54. Ils ont commencé un boeuf histoire de soulager leur haine à l'encontre du videur. Résonne alors un air bientôt célèbre dans le monde entier, mais aux paroles encore trop crues pour les bacs : “Fuck off ! Fuck studio fifty four” qui deviendront vite et pour l'éternité : "Freak out, le freak c’est chic”. L'amabilité des videurs new-yorkais ou la naissance d'un tube qui sera vendu à 7 millions d’exemplaires de part le monde.

Grace Jones toujours sûre d'elle

Dans son autobiographie sous-titrée “Je n’écrirai jamais mes mémoires” parue fin 2015, Grace Jones affirme pourtant être « certaine d’avoir mis leurs noms sur la liste. Mais la boîte était tellement pleine qu’ils ne laissaient plus personne rentrer, même par l’arrière ou rentraient les célébrités ».