JE RECHERCHE
Foals: Total Life Forever

Foals: Total Life Forever

Plutôt que de tourner en rond et dupliquer son premier album Antidotes sorti en 2008, Foals freine sa frénésie sur Total Life Forever, deuxième album qui transforme la fête fiévreuse en spleen glacial.

C'est l'énigme de l'année. Comment Foals, avec la même formule qui avait fait le succès d'Antidotes, a-t-il réussi pareil virage à 90° ? Même riffs carrés et rythmique peu académique et pourtant, on ne reconnaît plus les fougueux Anglais des débuts. La maturité ou la délocalisation dans un studio à Gothenburg expliquent peut-être l'étonnant frisson que procure l'album Total Life Forever. Ce n'est plus celui de l'excitation autour d'un buzz mais plutôt d'une atmosphère glaciale et d'un périlleux voyage. L'insouciance d'Antidotes évaporée, on a maintenant du mal à envisager comment les nouveaux titres de Foals pourraient prendre vie sur le dancefloor. Même si l'on peut encore penser à Bloc Party sur certains d'entre eux, l'énergie du groupe a sérieusement molli. Pire, la rigidité technique de leurs titres rappelle même plutôt Radiohead.

Des boules à mille facettes

Mais le math rock qu'ils ont toujours bien intégré continue de leur donner un son unique.  L'intro de "Spanish Sahara" ou le single "This Orient" sont les plus fascinants. La nouvelle façon de chanter de l'insaisissable Yannis Philippakis - qui se voudrait de la descendance de David Byrne des Talking Heads - est presque pesante tant elle se charge d'émotions contraires. C'est ainsi qu'il rend le somptueux "After Glow" aussi triste qu'un iceberg en fondaison. Mais l'album a aussi son lot de titres décevants, comme "Total Life Forever" et "Miami" dont les basses rappellent du Franz Ferdinand fatigué. Enfin, on ne pouvait pas parler de cet album sans signaler que la pochette du disque est si horrible qu'elle pourrait bien vite finir par erreur dans un bac à soldes du rayon prog rock. Au moins maintenant vous saurez où le trouver.

Foals // Total life forever // Sub Pop (Transgressive)

http://www.myspace.com/foals

Charline Lecarpentier