JE RECHERCHE
Il veut brûler les restes du punk anglais pour relancer la révolte

Il veut brûler les restes du punk anglais pour relancer la révolte

Le fils de Vivienne Westwood et Malcolm McLaren, soit les deux parrains du style punk de l'Angleterre des 70's, annonce vouloir foutre le feu à sa collection d'objets souvenir. Sa valeur ? Autour de 6 millions d'euros.

En novembre 1976, les Sex Pistols foutaient le feu avec « Anarchy in The UK », déclencheur rebelle de tout un mouvement qui chamboulera l'Angleterre puribonde de Thatcher. 40 ans plus tard, un homme du nom de Joe Corré souhaite également sentir l'odeur du souffre. Le fils de la styliste Vivienne Westwood et du manager des Pistols de l'époque Malcolm McLaren a en effet annoncé par un communiqué de presse, relayé par Crack, qu'il irait brûler sa propre collection d'objets hérités du mouvement punk afin de protester contre son appropriation par le pouvoir britannique. La colère de Joe Corré a notamment été attisée par le choix de la ville de Londres de faire de 2016 « L'Année du Punk », avec en prévision une série de commémorations célébrant le quarantième anniversaire du mouvement.

« Que la Reine bénisse officiellement 2016, L'Année du Punk est la chose la plus effrayante que j'ai jamais entendue » déclare Corré dans son communiqué. « Plutôt qu'un mouvement pour le changement, le punk est devenu comme une putain d’œuvre de musée ou un groupe de reprises ».

L'homme espère d'ailleurs réunir le 26 novembre prochain, jour de parution d'« Anarchy In The UK », d'autres pyromanes pour sa destruction de l'héritage punk. Objectif avoué : relancer une révolte artistique et politique dans un Royaume-Uni en crise. Il explique : « Un malaise général s'est installé parmi la population britannique. Les gens se sentent engourdis. Et avec vient la complaisance. Les gens n'ont plus l'impression d'avoir une voix. La chose la plus dangereuse est qu'ils se sont arrêtés de lutter pour ce en quoi ils croient. Ils ont abandonné la chasse. Il faut exploser toute cette merde une fois de plus ».