Music par Kerill Mc Closkey 16.03.2016

Kanye West continue de bidouiller son « oeuvre d’art contemporain »

The Life Of Pablo a été mis à jour dans la nuit sur Tidal. La victime ? « Wolves ».

Juste après le partage de The Life Of Pablo sur Tidal, Kanye West avait annoncé par Twitter son souhait de réparer « Wolves », pourtant l’un des grands moments de son album.

 

C’est ce 15 mars dans la nuit que le morceau a finalement modifié sur la plateforme de streaming lancée par Jay-Z. Un son électronique vient en effet donner plus d’ampleur, avant que des courts featurings de Sia et Vic Mensa apparaissent. De plus, la participation de Frank Ocean en fin de titre est finalement déplacée dans sa propre nouvelle chanson, nommée « Franck’s Track ». Sur Twitter toujours, Kanye West a déclaré faire de son album une « expression vivante, changeante, créative, qui respire #artcontemporain ».

 

L’idée en soi est fascinante. Alors que le streaming s’impose de plus en plus comme le modèle principal de consommation musicale, Kanye West utilise ses caractéristiques afin de pousser notre conception de l’album. En faire une œuvre altérable, en état de suspens, est un concept réellement excitant. La réparation de « Wolves » par contre semble aller dans la mauvaise direction. D’un niveau purement musical, les featurings sans charme de Sia et Vic Mensa ne font qu’alléger le sentiment de froide solitude qui émanait de la précédente version, pour pas grand chose d’autre. Surtout, ce n’est pas un bond en avant qu’a entrepris la chanson, mais en arrière, Sia et Vic Mensa étant présents dans la version originelle de « Wolves » présentée lors d’un défilé du rappeur/designer en février 2015. Le concept de l’album non fini ne pourra se justifier qu’avec des renversements audacieux, surprenants, et qui apportent de nouvelles clés d’interprétation. Pour le coup, Kanye West doit encore nous prouver s’il est bien celui qui mènera à bien sa propre révolution.

La nouvelle version de « Wolves » est en écoute ici, pour les vieux abonnés de Tidal ou ceux qui auraient oublié de se désinscrire avant le virement automatique (oui, on en fait partie).

Retrouvez ici notre série de décryptage de The Life Of Pablo, débutant par le gospel d’« Ultralight Beam ».