JE RECHERCHE
Une dernière danse avant de tirer le rideau sur "The Life Of Pablo"

Une dernière danse avant de tirer le rideau sur "The Life Of Pablo"

À l’image du ramdam médiatique précédant The Life Of Pablo, le septième album de Kanye West est un sacré bordel. Et à l’inverse des précédentes œuvres du prodige de Chicago, le dernier venu ne présente pas de vision sonique nouvelle et cohérente. Trop rapidement considéré comme bâclé, il suffit en fait de quelques écoutes minutieuses pour comprendre l’unité cette fois-ci narrative qui lie les morceaux entre eux, celui du journal d’un éternel insatisfait. Kanye nous avait pourtant prévenu en partageant une première tracklist découpée en trois actes. Puis en l’intitulant The Life Of Pablo. Lequel ? Lequel ? Lequel ? Mais Kanye West tout simplement. Voici La Vie de Pablo West, racontée en quatre actes et quinze chapitres.

 

Acte IV : L’Avènement de Pablo West

Chapitre 3 : « Fade »

 

Qu'on soit clair de suite : outre les interludes, « Fade » est le pire morceau de The Life Of Pablo. Pris hors de son contexte, c'est une horreur. Ty Dolla $ign marmonne sans idée, l'auto-tune de Post Malone est plus irritant que la perceuse du voisin qui se déclenche à 7h du matin. Le vide de leurs paroles est déprimant. Mais en tant que clôture de cet album si paradoxal, ça fonctionne. Car « Fade » est le bon gros doigt d'honneur que Kanye West avait besoin pour aboutir la célébration de sa nouvelle vie créatrice. Il n'y apparaît même pas, dansant sur le côté au rythme du beat house, n'ayant plus rien à foutre de rien : il est juste heureux et nous envoie tous chier, nous qui le jugeons à longueur d'années. Il le peut, car il a fabriqué un énième grand album et a trouvé sa voie.

On se retrouve (très ?) bientôt, Mr. Pablo West. Ton bateau n'est jamais loin de couler, mais on s'est bien marré.

Le featuring qui fait la diff' : Ty Dolla $ign et Post Malone, pour le coup au même niveau de nullité

Pires featurings de la discographie de Kanye West ? En compagnie de Chris Martin, peut-être bien.

 

Le sample qui fait la diff' : Fingers Inc., « Mystery Of Love (Club Mix) »

« I heard that you have a white label of every seminal Detroit techno hit - 1985, '86, '87 » comme dirait l'autre.

 

Le tweet qui fait la diff'

 

Encore plus de Kanye et de Pablo en dessous :

Acte I, Chapitre 1 : Yeezus est mort, vive Yeezy : « Ultralight Beam » et l’humilité en face de Dieu

Acte I, Chapitre 2 : Sexe à l’eau de Javel et malédiction paternelle : « Father Stretch My Hands »

Acte II, Chapitre 1 : Rien à faire du Kenya, Kanye est beau et « Famous »

Acte II, Chapitre 2 : « Feedback » du ghetto, « Feedback » à l’égo

Acte II, Chapitre 3 : Kanye est si classe qu’il s’admire au ralenti sur « Highlights »

Acte II, Chapitre 4 : Sur « Freestyle 4 », Kanye embrasse ses fantaisies sombres et détraquées

Acte II, Chapitre 5 : Kanye Loves Kanye Loves Kanye Loves Kanye Loves Kanye

Acte II, Chapitre 6 : Sur les bonnes vagues de Kanye

Acte III, Chapitre 1 : Tout n’est pas si facile pour Kanye

Acte III, Chapitre 2 : Où est passée la sextape de Kim et Kanye ?

Acte III, Chapitre 3 : Wolves, le combat de Kanye à la loup

Acte III, Chapitre 4 : 30 Hours en bagnole et un Kanye en roue libre

Acte IV, Chapitre 1 : Kanye West ne va pas sortir ce week-end (enfin, c’est ce qu’il dit)

Acte IV, Chapitre 2 : Kanye West est le Pablo Picasso des baskets (enfin, c’est ce qu’il dit)

kanyeWest-ACTE4

Illustration cubix d’Alix D’Anselme