Music par Benoît Carretier 11.03.2016

Les héros de la techno de Detroit shootés par Marie Staggat

Les héros de la techno de Detroit shootés par Marie Staggat

Un jour de 2010, la photographe berlinoise Marie Staggat, fascinée par la techno originelle, a pris son appareil photo et embarqué dans un avion à destination de Detroit. Six ans plus tard, elle compile ses plus beaux clichés dans 313ONELOVE, un livre d’art qui est aussi une déclaration d’amour à la ville où tout a commencé.

Pourquoi Detroit ?

À cette question simple, la photographe berlinoise Marie Staggat oppose une réponse tout aussi courte : Tresor. Tresor, comme le club de Berlin né à la chute du mur, qui a posé les bases d’une alliance techno entre les deux villes. Jeune photographe employée par le Tresor, Marie Staggat est aux premières loges pour assister au débarquement des artistes techno de Detroit qui viennent se produire au club depuis maintenant 25 ans. “J’étais fascinée par les DJs qui venaient au club et leur musique. Un jour de 2010, je me suis finalement décidée à prendre l’avion pour aller voir sur place les musiciens, mieux connaître la scène et son histoire, et bien sûr photographier ses acteurs. J’étais une jeune photographe, je ne partais pas en voyage d’agrément et je savais dès le départ que j’y allais pour capturer la ville et ses musiciens.”

Après une première fournée de photographies, où, guidée par Cornelius Harris, le manager d’Underground Resistance, elle convainc Aux88, Scan 7, DJ Fingers, DJ Assault, Ann Saunderson, Juan Atkins, Kenny Larkin, Monty Luke ou encore Mark Flash de poser devant son objectif, elle réalise assez vite qu’elle s’est embarquée dans un projet à long terme. Plus elle photographie, et plus elle rencontre de nouveaux musiciens à photographier. “Je voulais photographier tout le monde, ce qui était bien sûr impossible, mais je voulais essayer. Je ne voulais pas me limiter au 20 DJs et producteurs connus en Europe, il y en a tellement plus dans la ville qui ont participé à l’essor de la techno de Detroit. J’ai fini par en mettre plus de 170 dans le livre.”

Un format durable pour sa déclaration d’amour

313ONELOVE, ou la grande œuvre de Marie Staggat, qui a pris corps au beau milieu du projet, devant la masse de documents accumulés. “J’avais tellement d’images dont je ne savais que faire. J’ai immédiatement pensé à une exposition, mais je n’étais pas satisfaite de son caractère éphémère. Le format livre me semblait plus durable, il n’allait pas disparaître dans le monde virtuel qui est aujourd’hui le notre.” Huit (courts) voyages à Detroit plus tard, voici donc 313ONELOVE, superbe collection de photos en noir et blanc de 320 pages, ôde enamourée au berceau de la techno et à ses créateurs qui œuvrent dans l’ombre. Signe particulier, l’intégralité des profits de ce beau livre édité à compte d’auteur (mais vendu dans les boutiques Carhartt) sera utilisée pour l’éducation musicale des gamins et des adolescents de Detroit. Une façon pour Marie Staggat de rendre à la plus grande ville du Michigan tout ce qu’elle lui a donné, tout cet amour inconditionnel pour la capitale américaine de la musique électronique.

Pour s’en rendre compte, découvrez en exclusivité dix photos du projet, sélectionnées et commentées par l’artiste.

CRAIG HUCKABY BY MARIE STAGGAT

Craig Huckaby

« J’ai pris cette photographie de Craig Huckaby dans le centre de Detroit, près du café Urban Bean Co, qui se trouve à l’exact emplacement de Save the Vinyl, le magasin de disques tenu par Blake Baxter dans les années 90. Le bâtiment situé à l’arrière-plan est le DIME, le Detroit Institute of Music Education, une école de musique. Cette photo est pour moi pleine d’énergie, c’est pourquoi j’ai décidé de l’inclure dans le livre. »

Music Hall  BY MARIE STAGGAT

 

Music Hall

« Un détail du Music Hall Center for The Performing Arts de Detroit (qui à la particularité d’être une salle de spectacle sans but lucratif, ndr). Cette image montre une partie du Detroit dans le coup et capture à mon sens l’esprit de la ville. J’aime l’aspect du mur au premier plan, on l’impression que quelque chose de beau y pousse et ne demande qu’à en sortir. »

DJ PSYCHO BY MARIE STAGGAT

DJ Psycho

« DJ Psycho est une personne très cool… et un DJ hors normes. Si un jour vous avez la chance de le voir jouer, soyez certains d’avoir une chaise à portée de main car il va vous falloir un certain temps pour réaliser ce qu’il se passe derrière les platines. Cette photo montre une autre facette de sa personnalité, très silencieuse, à mille lieues de ce qu’il est quand il joue. »

 

EDDIE FOWLKES BY MARIE STAGGAT

Eddie Fowlkes

« J’ai pris cette photo à Berlin en studio. Eddie est un ami de longue date que j’ai photographié de nombreuses reprises. Cette image de lui est ma favorite, je le trouve tellement calme et paisible. »

FATHER ABRAHAM BY MARIE STAGGAT

Father Abraham

« Father Abraham est l’un des plus anciens acteurs de la scène. J’adore son expression sur cette image et aussi la manière dont il pose sa main sur le D de son sweat-shirt et son cœur. Quand on regarde cette photo, on ressent tout l’amour qu’il porte à Detroit, sa ville. »

JUAN ATKINS 1 BY MARIE STAGGAT

Juan Atkins

« Cette photo de Juan Atkins est l’une des premières que j’ai prises pour le projet. J’en suis tombée amoureuse dès le début. Tout le long du projet, je me suis concentré sur les mains et les oreilles des artistes, leurs outils de travail en quelque sorte. Je trouve ce portrait très harmonieux, la position de ses mains, l’expression dans ses yeux. »

KENNY DIXON JR. AKA MOODYMANN BY MARIE STAGGAT

Moodymann

« Cette photo de Kenny Dixon JR., alias Moodymann, a été prise à Amsterdam. Elle est très spéciale pour moi car il m’a fallu longtemps pour l’avoir devant mon objectif. Beaucoup d’artistes n’aiment pas être photographiés et ne veulent être reconnus que par leur musique. Comme le dit Mike Banks (leader d’Underground Resistance, ndr) : “Pas de visages, juste le son.” Cette photo de Moodymann illustre très bien cette attitude. »

NICK SPEED 1 BY MARIE STAGGAT

Nick Speed

« Cette photo de Nick Speed – un musicien du tonnerre – date de 2010, quelque part au cœur de Detroit. J’adore cette image à cause des volutes de fumée et du reflet de la ville sur ses lunettes de soleil. »

NORM TALLEY BY MARIE STAGGAT

Norm Talley

« Une de mes photos favorites du livre, je ne peux pas précisément expliquer pourquoi, mais je la trouve “vraie” et intemporelle. Intemporelle, comme la musique de la Motor City. »

OCTAVE ONE BY MARIE STAGGAT

Octave One

« Octave One a toujours été une immense source d’inspiration et « Black Water” est l’un de mes tracks favoris. Les frères Burden ne sont pas loin d’être mes héros musicaux. J’ai pris cette photo il y a des années à Berlin. C’était la première fois que je les shootais et je me souviens de ma nervosité. Depuis, je suis plus ou moins devenue leur photographe officielle, j’ai pris des tonnes d’images, y compris pour leurs pochettes de disques. Cela a été difficile de choisir une seule image parmi toutes celles que j’ai faites, mais l’expression sur leur visage et les gouttes d’eau au premier plan m’ont aidée dans mon choix final. »

Crédit photos : © Marie Staggat - 313ONELOVE, 320 pages, 75 €

www.313onelove.com