JE RECHERCHE
Crystal Castles : Crystal Castles

Crystal Castles : Crystal Castles

Paru en 2007 sur une compilation Kitsuné, l'oppressant et addictif "Knights" sortait le 8-Bit de sa cour de récréation. Les gémissements d’Alice Glass, héroïne désorientée sous les manettes du cruel Ethan Kath, n’ont depuis cessé d’irriter et fasciner. Avec ce deuxième album, le duo de Toronto devrait encore hacker une génération d’oreilles avides de compression. Oh surprise, le punk 2.0 d’Ethan a gagné en envergure grâce à de meilleurs arrangements, toujours plus de distorsion et du shoegaze en prime. Celui qu'on accusait d'être un brise-Glass en interviews sublime enfin sa créature tout en conservant ce son dirty qui le caractérise. C’est ainsi qu’avec le très bon single "Celestica", on découvre que si Alice se retient de crier, elle peut enfin chanter comme un croisement de Lush et Mylène Farmer, sans perdre sa cohérence.

L'éclat de Glass

Contre toute attente, Crystal Castles sait être mélodique et le fait même plutôt bien. Mais pas de panique les indie kids, le duo possède toujours des titres robotiques en stock. Même s’il est un brin plus pop, "Baptism" vaut bien un "Crimewave" et devrait trouver sa place sur les dancefloors. Enregistré en partie dans une église islandaise et un garage de Détroit, il ne fallait pas compter sur cet album pour complètement rompre avec la réputation destroy du duo; au bord de l'abîme, c’est le titre "Doe Deer" qui se charge le mieux de perpétuer la tradition: Chez Crystal Castles, le monde d'Alice est rempli de merveilles en monochrome. Passerez-vous à travers le miroir?

Crystal Castles // "Crystal Castles" // AZ (Universal)

http://www.myspace.com/crystalcastles

Charline Lecarpentier