Music par Kerill Mc Closkey 08.02.2016

Death Grips, les trolls musicaux les plus à meme du bordel internet

Death Grips, les trolls musicaux les plus à meme du bordel internet

Comment le trio électro-punk-rap Death Grips est-il passé de projet hyper sérieux à machine à memes ?

Le trio expérimental Death Grips vient de publier le morceau « Hot Head », et c’est une blague totale, une auto-parodie d’un groupe déjà au bord du parodique. Plein de cris absurdes et de bruits dingos, il marque une nouvelle étape dans l’histoire d’amour vache entre le groupe le plus trololol du monde et la culture internet. On vous retrace ici cette romance en quelques thématiques et moments clés. « NO LOVE DEEP WEB » comme dit Death Grips.

Une musique et des paroles folles

La base de l’amour de l’internet pour Death Grips se trouve dans la musique même du trio de Sacramento. Pour son arrivée fracassante en 2011 avec la mixtape Exmilitary, Death Grips a balancé une musique sans retenue, dans le rouge, assez unique et pleine de moments mémorables, presque too much. Ajoutez à cela le côté diggers geek du sample et l’imagerie cryptée du groupe, et vous avez l’avènement des nouveaux chéris des nerds, autant appréciés des puristes punk, expérimental et hip-hop. Oui ces gens savent aussi aimer. Sauf que leur amour se traduit en longues conversations sur les sites terrifiants Reddit et 4chan et en memes qui citent toutes les punchlines absurdes du groupe, dans la même veine de l’amour entre internet et le groupe Neutral Milk Hotel, dont les tirades surréalistes sont devenues aussi adorées que moquées sur le web 2.0.

tumblr_nx8toqtj2F1ukeyl4o1_1280

10478174_1447996632122381_3415832294618911449_n

It+goes+tms+gt+exmil+gt+nldw+gt+notm+gt+gp+gt+fashion+week+gt+death+grips+ep+for+me+_ea0754d0a37f5ad4ef7e23932b59ba5c

MC Ride, l’autre Chuck Norris du web

Malgré le volume parfois étourdissant de la musique de Death Grips, le rappeur/hurleur du groupe MC Ride, n’est jamais noyé. De par son intensité, ses paroles et son caractère taiseux qui suscite encore pas mal de fantasmes sur qui exactement est ce fou, le leader intense de Death Grips est devenu en quelque sorte le gangsta des nerds. Quasi surhumain, il est aussi la version indé de Chuck Norris. Avec le lot de memes ridicules qui va avec.

11083687_10205514798136844_4933060701115001985_n1ef

139354675185

Le soutien d’Anthony Fantano, autre roi des nerds

Anthony Fantano est l’homme derrière la chaîne Youtube TheNeedleDrop. Ses critiques musicales et sa forte personnalité en ont fait un personnage incontournable des geeks de musique, au point qu’il réussit à vivre aujourd’hui de son activité (il en est sûrement le seul parmi la masse de « youtubeurs » musicaux). Or il est fan de Death Grips. À 445 000 vues, son très rare « 10/10 »  accordé au deuxième album du groupe (seulement To Pimp a Butterfly et le To Be Kind de Swans ont également reçu ce privilège) fait partie de ses vidéos les plus populaires. Le chroniqueur étant lui-même une machine à meme, c’est à ce moment-là que la réputation internet de Death Grips a vraiment explosé. Pour le pire.

Everyone+_bf500a4ac314814eba5f5b6d15adea5d

B6j08HcIEAEp_ia

Le gros bras d’honneur accordé à Sony

Voyant la popularité internet de Death Grips monter en flèche, Sony, à travers la maison de disque Epic Records, signe le groupe fin 2011. Déjà inattendue sur le papier, la relation entre la major et les trois incorruptibles tournent au fiasco quand Death Grips choisit de leaker sur le web leur propre album No Love Deep Web, sans accord préalable. La raison ? Epic avait repoussé sa sortie pour l’année suivante. Grosse erreur que de vouloir imposer un rythme à Death Grips. La maison de disque va évidemment annuler leur contrat, non sans permettre au trio de devenir les nouveaux terroristes de l’industrie musicale aux yeux satisfaits des communautés alternatives de l’internet. Et ce jusqu’à ce jour, comme le montre cette session Reddit de questions/réponses accordé par le chef d’Epic, et complètement pourrie par les fans de Death Grips.

Ah et la pochette dudit album No Love Deep Web aussi, très explicite, absolument #NSFW, et censurée, (on vous aura prévenu) a fait réagir avec plein de détournements hilarants.

2b7

121001-deepwebmaxresdefault

Le bon gros doigt d’honneur accordé à tout le reste du monde

« Nous sommes maintenant à notre meilleur et donc Death Grips est terminé. Nous avons officiellement arrêté ».

Le 2 juillet 2014, Death Grips annonce la fin de l’aventure. Avec un message écrit sur une serviette. Et posté sur Facebook. Leur double album The Powers That B sorti en entier début 2015 devait être notre dernière expérience du groupe. Et puis, en fait non, le trio déclare repartir en tournée, sans jamais reparler de leur présumée rupture qui secoua internet. Et semble même se payer les fans en clôturant The Powers That B par un instrumental nommé « Death Grips 2.0 ». Un gros troll.

« Jenny Death When ? »

Juste avant sa séparation cela dit, le groupe sort « Niggas On The Moon », la première partie du double album The Powers That B. Et puis les mois passent. En attente de la seconde partie nommé Jenny Death et qui pourrait ne jamais arriver (n’oubliez pas, ils sont « officiellement » séparés à ce moment là), les fans se rallient derrière la phrase « jenny death when » pour se moquer de toute cette situation. Répétée à foison sur toute publication internet mentionnant le groupe, Death Grips choisit de réagir en balançant, en janvier 2015, non pas le fameux Jenny Death, mais une collection d’instrumentaux. Sous le nom Fashion Week, celui-ci est composé de 14 morceaux, chacun titré par une lettre. Lettres qui, rassemblées, forment évidemment « jennydeathwhen ». Mdr.

Et depuis ?

MC Ride vend des peintures terriblement sombres (mais plutôt belles) et le groupe a donc partagé « Hot Head », un des morceaux les plus ridicules de leur captivante discographie. Vous êtes à jour, maintenant bonne chance.