JE RECHERCHE
Aujourd'hui, qui «revitellise» l'esprit David Bowie ?

Aujourd'hui, qui «revitellise» l'esprit David Bowie ?

Une semaine (déjà) que le vrai roi de la pop est tristement décédé. L'émotion et une certaine nostalgie nous ont tous envahi. Mais avec Blackstar délivré sur son lit de mort, c'était comme si David Bowie voulait s'assurer jusqu'au bout qu'on écoute du présent, et non du passé. Beaucoup certes se sont saignés Hunky Dory ou Low ces derniers jours, mais son audacieux testament se retrouve aujourd'hui en tête des charts. Alors une semaine (déjà) plus tard, cherchons dans le présent où peut se trouver l'esprit Bowie. Car s'il n'y aura jamais de nouveau Bowie, son héritage sera longtemps vivant.

- KEVIN BARNES (Of Montreal) -


11140139_10207409108293414_7410701180533853328_n

Pourquoi lui ?

S'il y a bien un gars qui semble épouser la trajectoire musicale de David Bowie, c'est lui. Il commence comme un folk hippie au sein du collectif Elephant 6, s'essaye à des instrumentations plus baroques, embrasse la pop avant de la tabasser d'accents électroniques, puis s'imagine comme un dieu du funk hyper glam, avant de redécouvrir enfin que le rock à la Neil Young était quand même sympa. Et pourtant, la touche excentrique, lettrée et souvent désespérée de Kevin Barnes est sans cesse reconnaissable. Ce n'est pas pour rien qu'il a été invité à jouer en marge de l'expo « David Bowie Is » à Chicago.

Pourquoi c'est un poil abusé ?

Malheureusement, Kevin Barnes n'a jamais réussi à squatter les radios mainstream. Même s'il en a pondu des sacrés refrains.

 

- KANYE WEST -

36568be25cc9913949754cbd1a4c4b4f_large

Pourquoi lui ?

David Bowie a été le « passeur » par excellence. Personne n'a été capable de transmettre les sonorités de l'avant-garde vers le grand public avec une telle régularité. Or depuis une dizaine d'années, c'est Kanye West qui remplit ce rôle de vulgarisation. Le pop-rap synthétique de Graduation, l'émotion trafiquée à l'auto-tune de 808's, le hip-hop flamboyant de My Beautiful Dark Twisted Fantasy, le bruit métallique sous infusion dance-hall de Yeezus, chacun de ces styles sont nés avant Kanye, mais se sont propagés partout après Kanye.

Pourquoi c'est un peu abusé ?

« Je suis la plus grande rock star vivante de cette planète ! » disait Kanye à Glastonbury. Bowie, lui, n'était même pas de cette planète.


- JANELLE MONAE -

 

12493636_10207409106573371_1258653545630094437_o

Pourquoi elle ?

A l'image de Bowie qui s'est révélé pour beaucoup sous les traits aliens de Ziggy Stardust, Janelle Monae est arrivé un peu de nulle part en 2010 avec un look futuriste et un album qui laisse bouche-bée. Maniant autant le rock et l'opéra que le rap et le R'n'B, l'aisance inhumaine de The Archandroid reste encore assez inexplicable. Stargirl.

 Pourquoi c'est quand même pas mal abusé ?

 Sa reprise de « Heroes » est inexplicable de laideur. En plus d'être commandée par Pepsi.

- KENDRICK LAMAR -

12487265_10207409107933405_1828346152500972407_o

Pourquoi lui ?

Avec To Pimp A Butterfly, Kendrick Lamar a renforcé la dimension théâtrale de son rap. Dans « u » et son histoire de dépression nerveuse en chambre d’hôtel, il gémit comme au bord du craquage en larmes. Dans ses récents clips, il tente de jouer une sorte de guignol de l’afro-américain contemporain. Et la récupération musicale de cet album, à mille lieux de Good Kid, Maad City, a dévoilé son ouverture musicale et son goût pour les gros virages. Aujourd’hui au sommet du hip-hop américain, il capte tous les regards. Attention qu’il emploie, de plus en plus, à des fins complexes et artistiques à travers de vrais « performances ». Comme chantait Bowie, « Watch That Man ».

Pourquoi c’est juste abusé ?

Malgré la proximité avec son cher Compton, jamais Kendrick ne se retrouvera dans les riches collines de Hollywood, sous cocaïne, à enregistrer un album dans un studio décoré de bougies occultes, et à paranoïer sur le vol de son sperme par des sorcières imaginaires. Bowie lui l’a fait, et ça a donné l’un de ses meilleurs albums, Station To Station.

- FKA TWIGS -

12540496_10207494273171774_193064489_n

Pourquoi elle ?

Son image déconcertante, froide et asexuée à la Thin White Duke.

Pourquoi ça devient scandaleusement abusé là ?

Ses chansons.

- BRADFORD COX (Deerhunter, Atlas Sound) -

12540140_10205713288339566_386995992_n

Pourquoi lui ?

Depuis Cryptograms en 2007, l'étrange leader de Deerhunter s'est construit peut-être la discographie la plus régulière et puissante du rock contemporain. Une décennie d'évolution, de virages et d'excellence, comme les 70's de Bowie. Rajoutez à cela une homosexualité qui tend vers l'asexualité, un goût pour la provocation qui ne barre en aucun cas la mélodie, et une anomalie physique qui frappe le regard, et vous avez sûrement l'héritier le plus légitime de Bowie. A défaut d'être le plus sexy.

Pourquoi c'est vraiment, vraiment abusé ?

David Bowie s'est nourri des autres, avec charme et opportunisme. Bradford Cox est à l'inverse reconnu pour sa solitude et son nombrilisme. N'attendez donc pas un joyeux « Let's Dance » fricoté avec Niles Rodgers de sa part. Même si ça serait sûrement génial.

- STARDUST -

stardust-2

Pourquoi lui ?

Cody Rhodes est un catcheur plutôt renommé de la WWE (la grosse major du catch américain). Il est technique, beau gosse, et fils d’une légende du milieu, « The American Dream » Dusty Rhodes. Bref, le chemin vers la gloire semble tout tracé… Jusqu’à cet été 2014 où il apparaît devant les caméras sous les traits d’un nouveau personnage, une sorte de créature cosmique entre vilain de Marvel et geek dérangé de science-fiction. Nouveau nom de scène : Stardust. Comme Ziggy. Comme s’il voulait se déclarer en la réincarnation du personnage (mort suicidé, on vous le rappelle) du Bowie glam. Le catcheur a d’ailleurs rendu un bel hommage au chanteur lundi dernier, en portant l’éclair iconique d’Aladdin Sane à la place de la traditionnelle étoile.

Pourquoi c’est méchamment abusé ?

Quand le jeune David Jones s’est retrouvé dans une baston à l’âge de 15 ans, sa pupille a fini dilatée. D’une certaine manière, la légende de David Bowie commence à ce moment où son regard unique s’est constitué. Stardust, lui, s’est pris août dernier une mandale de la part de Stephen Amell, l’acteur de la série Arrow. Toute crédibilité perdue, ce fut ainsi la fin de la mystique entourant Stardust.

- DANIEL RADCLIFFE -

Radcliffe-Out-Homotography-2

Pourquoi lui ?

Un mauvais acteur, un éclair sur la tête et le héros pré-ado de toute une génération, tout comme Bowie.

Pourquoi malgré ces similitudes impossibles à réfuter c'est encore plus abusé que la fin de Harry Potter ?

Hermione Granger et Ron Weasley, ça a un peu moins de gueule qu'Iggy Pop et Lou Reed. Quand même.

- SLIIMY -

12507257_10207409109293439_714789578874470041_n

Pourquoi lui ?

Une reprise du « Womanizer » de Britney Spears, des titres comme de « Paint Your Face » ou « Our Generation », un album mixé à New York, tout plein de paillettes et une ambiguïté dans les déclarations sur sa sexualité. Et alors, il serait pas là le nouveau Bowie ?

Pourquoi on commence à perdre les rails de l’article ?

Bonne question.

- PNL -

pnl-actu

Pourquoi eux ?

« Un son venu du futur »

« Le public de PNL colle les codes : c’est cité, c’est hipster, c’est internet, c’est un mélange qui rappelle celui inventé par ces jeunes gens modernes qu’on croisait dans les années 80. La fraîcheur est absolue »

« L’imagerie PNL est résolument cool, c’est le groupe de rap qu’il nous faut là tout de suite, celui d’une jeunesse débarrassée de ses peurs, de sa frilosité. »

« Hier soir au Yoyo, PNL a certainement emprunté ce chemin. Celui du monde de demain ».

 Pour Les Inrocks, PNL au Yoyo, c'est pas loin de Ziggy à la BBC on dirait.

Pourquoi on devrait dégager notre boule, boule, boule tellement c'est abusé ?

 On le fait de ce pas.