JE RECHERCHE
L'album de la semaine : Blackstar, du grand Bowie

L'album de la semaine : Blackstar, du grand Bowie

Bon, alors il vaut quoi ce nouveau David Bowie inspiré par Kendrick Lamar ? 

Aujourd'hui, David Bowie fête ses 69 ans. C'est également le jour qu'il a choisit pour sortir ★ (à prononcer "Blackstar"), son 25ème album, trois ans après The Next Day. Et ces trois ans ne sont pas sans importance dans la carrière du chanteur culte : les fans de Bowie ont pu être rassurés. En effet, à la sortie de The Next Day, c'est presque si on entendait que David Bowie était condamné. Forcé d'écourter une tournée en 2004 pour raisons de santé, il n'a plus rien sorti jusqu'au 8 mars 2013 avec The Next Day. C'est tout juste s'il se montrait en public, participant en neuf ans à un concert caritatif, un live d'Arcade Fire, un duo avec David Gilmour de Pink Floyd et en jouant les choristes pour TV On The Radio. A savoir pas grand-chose pour celui qui avait habitué à sortir des albums souvent, changer de personnage et même apparaître dans des films. The Next Day est sorti donc, et si Bowie n'a pas donné de concert ni d'interview, il y avait de quoi être soulagé... Quitte à un peu trop s'enthousiasmer sur un album moyen.

Mais voilà que, trois ans après ce The Next Day nous rappelant que Bowie avait encore toutes ses dents (droites au point d'être un peu effrayantes, merci le dentiste), l'Anglais s'offre un drôle de cadeau d'anniversaire : Blackstar, un album bizarre, jazzy, profondément expérimental. Et, autant le dire tout de suite, génial :

Si vous êtes plutôt Spotify...

Les infos sur ce Blackstar ne peuvent jamais être de première main, vu que David Bowie refuse toute interview. Son producteur, Tony Visconti, s'est donc chargé des journalistes, expliquant tout d'abord que Bowie et lui écoutaient beaucoup de Kendrick Lamar pendant l'élaboration de l'album, et que le rappeur, capable d'injecter un tas de styles différents dans son hip-hop, était une source d'inspiration. Difficile de retrouver du "King Kunta" dans Blackstar, mais une chose est sûre : comme pour To Pimp A Butterfly de Kendrick Lamar, le but ici était de s'éloigner du rock'n'roll classique en transformant Blackstar en une espèce de melting-pot musical assez marqué par le jazz. Le quartet du saxophoniste Donny McCaslin s'est d'ailleurs occupé des orchestrations. "Si cela avait été les anciens musiciens de David, on aurait eu des musiciens de rock qui jouent du jazz", a expliqué Tony Visconti au magazine musical Mojo. "Avoir des musiciens de jazz qui jouent du rock bouleverse les choses". Cela s'entend particulièrement dans l'hallucinant "Blackstar", le premier single de l'album, expérimental et chamanique, accompagné d'une vidéo étrange mais bizarrement bouleversante. Clin d'oeil aux fans : on semble retrouver l'astronaute Major Tom de "Space Oddity", le premier succès de Bowie, élevé au rang de dieu. Dès que ce clip est sorti, on le savait : il ne fallait pas rater Blackstar.

Seul petit bémol : vu qu'on connaissait déjà les deux singles "Lazarus" et "Blackstar", et que "'Tis A Pity She Was A Whore" (ça c'est pas très gentil) et "Sue (Or In A Season Of Crime)" ont dévoilés en octobre 2014 et réorchestré pour Blackstar, il ne reste plus que trois morceaux à découvrir sur cet album. Mais parmi eux se cache la pépite "Girl Loves Me", alors on pardonne : Bowie y retrouve une voix claire et jeune pour un titre qui envoûte autant qu'il surprend. Dommage, on ne pourra certainement jamais l'entendre en live.

Blackstar

David Bowie

  • Label: ISO Records/Columbia/Sony
  • Sortie: 08/01/2016
  • Note: