JE RECHERCHE
Tubes : mode d'emploi

Tubes : mode d'emploi

L'émission Tracks s'est intéressée aux tubes et autres hits, sur fond de crise de l'industrie du disque. A voir ! 

Que ceux qui imaginent trouver dans cette émission Tracks la recette prête à l'emploi pour composer le prochain méga-hit de 2016 passent leur chemin. Il n'y a pas de formule miracle, et il est bien difficile de prévoir quelle chanson saura tirer son épingle du jeu. Non, ici, il est plutôt question de tout ce qu'il y a autour des tubes, des découvreurs de talents dans les labels, très influents par le passé, aux buzz inattendus sur internet - le modèle s'imposant depuis la démocratisation du streaming. "Royals" de Lorde n'était par exemple pas du tout destiné à propulser sa jeune auteure en haut des charts : elle a composé le futur tube dans sa chambre d'adolescente. Quelques années plus tard cependant, un certain Sean Parker (le fondateur de Napster), l'a intégré dans sa très suivie playlist Spotify. Résultat ? "Ce ne sont plus les mêmes gens qui décident ce qui est cool ou pas", déclare Lorde à l'émission d'Arte, et voilà que "Royals" devient un hit.

D'interviews en interviews, entre The Roots, Steve Aoki, des journalistes et des patrons de label, Tracks nous rappelle comme le streaming a changé la face de l'industrie musicale. Ce n'est pas forcément un mal : certains artistes, capables aujourd'hui de faire découvrir eux-mêmes leur musique sur SoundCloud, percent sans être signés sur un label - récupérant à leur compte toutes les recettes de leur musique. D'autres arrivent enfin à percer, à la quarantaine, comme Sharon Jones, grâce à Youtube. Forcément, les labels peuvent voir ça d'un mauvais œil, surtout s'ils tombent dans la nostalgie de l'époque Seymour Stein, directeur artistique de label mythique ayant découvert les Talking Heads, les Ramones ou encore Madonna. Mais ce n'est pas pour ça que l'avenir est sombre : jamais on n'a autant écouté de musique depuis qu'elle est accessible partout, tout le temps. Tout ça est parfaitement bien expliqué par ce 52 minutes intitulé "Faiseurs de tubes", entre interviews et vidéo de live. A revoir jusqu'à samedi soir.