JE RECHERCHE
Holy Fuck: Latin

Holy Fuck: Latin

Mettons que l’Apocalypse et le Big Bang se soient donnés rendez-vous en studio. Quelque part dans une drôle de cabane, au Canada. Vite à court d’idées, ils se sont mis en quête de quatre garçons dans le vent (solaire), leur ont exposé le cahier des charges (pondre la B.O d’un grand boom galactique) et s’en sont retournés à leurs occupations propres. Les élèves ayant apparemment dépassé les maîtres, l’auditeur lambda peut aujourd’hui trouver dans le commerce une galette-navette qui l’emmènera tout droit par-delà les nuages. Fasten your seatbelt, ça va secouer.

Bougez, avec le Post (rock)

« Latin », c’est son nom, s’ouvre sur un magma étrange (clin d’œil au Big Bang ? ) avant de dérouler un tapis rouge décoré avec des bâtons de dynamite (pied de nez à l’Apocalypse ?) en guise de réacteur. C’est parti pour 40 minutes de tourisme dans l’espace, le nez collé au hublot à faire des « whouah ! » et des « oh ! ». Les tentatives d’explication n’y feront rien : krautrock, post rock, post post rock, on est encore loin du compte. « Stay lit » s’écoute au casque (d’astronaute), « Silva & Grimes » fait coucou à Neil Amstrong, « Lucky » à Han Solo (l’hyperpropulsion, c’est pas que pour Chewbacca) et « P.I.G.S » ressemble à des montagnes russes... mais à dos de comète.

Non vraiment c’est certain, avec le troisième disque d’Holy Fuck, dans l’espace, personne ne vous entendra crier. Votre joie.

Holy Fuck // Latin // Beggars

http://www.myspace.com/holyfuck

Reno Vatain