JE RECHERCHE
Tout le monde aime Etienne Daho ?

Tout le monde aime Etienne Daho ?

Le programme extra court TAPE d'Arte Concert  a publié un second épisode, toujours aussi efficace, cocasse. Après un premier épisode consacré au génie un peu fou Chilly Gonzales, "TAPE rembobine la carrière de l'un des chanteurs les plus fascinants et influents de l'Hexagone."

Le programme continue sur sa lancée en revenant sur la carrière d'artistes dont tout le monde connaît le nom mais parfois sans vraiment savoir exactement ce qu'ils font, d'où ils viennent, où ils en sont. Etienne Daho, dans cette perspective, semble un choix judicieux sur lequel s'attarder quelques minutes. Tout le monde connaît, tout le monde aime ou a aimé, tout le monde a du moins eu les paroles de "Week-end à Rome" un jour sur les lèvres.

A en croire TAPE, les débuts de Daho ont été pour le moins difficiles. Grand fan des Marquis de Sade (dont le chanteur et leader ressemble à un étonnant mélange entre Gérard Darmon et Louis Garrel) et des Stinky Toys (réduit plus tard au duo pop Ellie & Jacno), il se lance dans la chanson tant bien que mal au début des années 1980, en faisant dériver ces influences inspirées du punk vers la pop sauce variété française. En fait, il semble avoir été au bon endroit, au bon moment ; à cette époque, Rennes explose en tant que noyau du rock français avec ces groupes qui foisonnent et l'apparition en 1979 de la première édition des Trans Musicales. C'est au cœur de cette fourmilière musicale bretonne avide de nouveautés, et bien décidée à se défaire de la réputation du biniou, que se lance Etienne Daho. Si son premier album, bien qu'enregistré et produit avec les deux groupes susnommés, est un flop total, ce dernier sera promu disque d'or 13 ans plus tard. C'est donc bien qu'entre les deux, Etienne Daho s'est vu dérouler les tapis rouges de la réussite nationale.

Daho est donc devenu en quelques années le mythe qu'on connait, qui a redéfini, avec quelques autres, l'image de la pop et du rock à la française. Il semblerait même qu'il continue jusqu'à aujourd'hui d'en inspirer certains