JE RECHERCHE
Caribou: Swim

Caribou: Swim

Projet d'un homme seul mais cérébral, le nouveau Caribou a convaincu son monde de la meilleure façon : avec un single imposant. Oui, Daniel Snaith peut être fier de l'envolée de « Odessa », de son groove pataud, et de ses plaintes qui évoqueront les bandes-son des italiens my(s)thiques de Goblins ou encore les films à haute tension. Les paroles peuvent bien parler de divorce, plus d'un signera sans hésiter dès cette ouverture. Le souci vient après...Si sa destination avérée est le soleil (« Sun »), on attendrait un peu plus de sensations et de chaleur que ce long tuyau où ronronne le moteur de Swim au bout de quelques minutes.

Hitch-hikers guide to electronica


Prédominance de beat dance, avec un torchon entre la pédale et la grosse caisse, un énorme bidon en guise de caisse claire, il serait tentant de penser que l'album a été composé pour les dancefloors. Sa lenteur relative aurait plutôt un effet de somnolence, l'effet d'un long voyage en train; un wagon moderne, confortable, où l'on croise toutes nationalités sans vraiment capter autre chose que des bribes de conversations. Mais ce serait surtout négliger l'instrumentation dont Swim recèle, comme une panoplie incongrue d'aventurier du bout du monde : cors et cornes, bols chantant tibétain (le bien-nommé « Bowls »), orgue Hammond et saxophone enfumés dans le delay... Les claviers de synthèse peuvent bien tourner tout ce qu'ils veulent, on pensera toujours plus souvent ici à KLF ou Enigma qu'à n'importe quel artiste d'Ed Banger. Même la basse  sautille comme dans les mains d'un adepte de funk ou de prog.


Cette nouvelle décennie devra décidément beaucoup à Fever Ray (« Found Out ») mais ici on se contentera de regarder tourner le compteur sans se plaindre (de la fin) du monde que l'on quitte un peu plus à chaque seconde. Dreamy, en un mot. Chers passagers, ce vol aura un léger retard à l'arrivée...

H.P.

Caribou // Swim // City Slang (Coop)

http://www.myspace.com/cariboumanitoba