JE RECHERCHE
Cinq recettes pour composer la bande originale parfaite

Cinq recettes pour composer la bande originale parfaite

Le compositeur Jóhann Jóhannsson (gagnant d'un Golden Globe pour la BO d'Une merveilleuse histoire du temps) dévoile ses astuces pour concocter une soundtrack au poil. 

"Si vous voulez apprendre, apprenez des meilleurs", peut-on lire en introduction d'un article sur Factmag. En effet, pour savoir comment composer la bande-originale de film idéale, il vaut mieux avoir un bon professeur, en l'occurrence Jóhann Jóhannsson. Cet Islandais est l'auteur des BO de Prisoners de Denis Villeneuve (un super thriller avec Hugh Jackman et Jake Gyllenhaal), d'Une merveilleuse histoire du temps de James Marsh sur la vie du scientifique Stephen Hawking ou encore du tout neuf Sicario, encore signé Denis Villeneuve. Un beau CV agrémenté d'un Golden Globe de la meilleure musique de film pour Une merveilleuse histoire du temps. Il a accepté de dévoiler les recettes de son succès. Morceaux choisis :

Accepter les contradictions

Une "musique de guerre subtile", ça ne veut pas dire grand-chose. C'est pourtant ce qu'a demandé Denis Villeneuve à Jóhann Jóhannsson pour la BO de Sicario"J'ai aimé cette phrase et j'ai aimé le challenge. En entendant 'musique de guerre subtile', j'ai pensé à des tambours de guerre, donc j'ai eu l'idée de travailler avec des percussions et ai enregistré cinq batteurs différents à Berlin, Los Angeles et Budapest. Je les ai beaucoup mixé, le son est presque artificiel quoique basé sur une vraie performance", raconte-t-il. Et ça donne ça :

S'inspirer d'autres disciplines

Jóhann Jóhannsson a certes appris le piano, mais ses études ont plus majoritairement porté sur la littérature et les langues. L'autodidacte pense alors que son background littéraire l'aide beaucoup à écrire des musiques de films. "Tu peux étudier l'architecture et l'utiliser dans tes créations", explique-t-il. Alors, les étudiants en archi, on se lance ? Vous ne seriez pas les premiers de passer des plans aux partitions : c'est exactement ce qu'ont fait Rødhåd ou Nicolas Godin de Air.

Apprendre des meilleurs

Ce n'est pas parce qu'il a gagné un Golden Globe que Jóhann Jóhannsson oublie ses premières idoles. Parmi elles : Bernard Herrmann (Sueurs froides, Psychose, Pas de printemps pour Marnie d'Alfred Hitchcock, entre autres), ou encore Ennio Morricone, compositeur culte, crédité au générique d'Il était une fois dans l'ouest, Les Incorruptibles, Cinema Paradisio, Mon nom est Personne ou encore Le Bon, la Brute et le Truand. 

Avoir confiance en son réalisateur

Le réalisateur Denis Villeneuve est fidèle à Jóhann Jóhannsson : après Prisoners, ils ont travaillé ensemble sur Sicario et préparent déjà le petit troisième, Story Of Your Life"Denis aime m'impliquer assez tôt dans le projet, avant même que commence le tournage", confie le compositeur. Ce n'est pas toujours le cas, la BO arrivant parfois assez tard dans la liste des priorités des cinéastes. Pour Sicario, Jóhann Jóhannsson a même visité les lieux de tournage au Nouveau Mexique pour "s'imprégner" de l'atmosphère locale. Une méthode qui a porté ses fruits pour Une merveilleuse histoire du temps.

Ne pas être redondant

Un moment triste = une musique triste ? Pas nécessairement. On a tous en tête des extraits de film où la musique est totalement en contradiction avec l'ambiance de la scène, à l'image de tout Orange Mécanique ou American Psycho où Christian Bale tue Jared Leto sur le guilleret "Hip To Be Square" de Huey Lewis & The News. "Tu n'a pas à répéter avec la musique ce qui est déjà à l'écran. Je crois que c'est ce que j'essaye d'éviter quand je travaille sur des films". On apprécie !

Le reste de l'interview et des conseils de Jóhann Jóhannsson sont à lire sur Factmag.comSicario, avec Emily Blunt et Benicio Del Toro, est en salles depuis le 7 octobre.