JE RECHERCHE
DJ, dis-moi comment tu mixes, je te dirai qui tu es

DJ, dis-moi comment tu mixes, je te dirai qui tu es

Le site internet de Mixmag a publié ce mardi une très drôle typologie illustrée des expressions de DJs. Alors plutôt regard désabusé ou sourire hypocrite du "évidemment que je vais jouer ta request" ? Morceaux choisis. 

Le langage corporel des DJs peut nous en dire beaucoup sur la façon dont se passe leur mix. C'est en tout cas ce que sous-entendent ces illustrations signées Jay Taylot pour Mixmag, à retrouver ici (en anglais). On vous a fait une petite sélection de nos favorites.

Le désabusé

dj1

"Regardez bien et vous les verrez regarder dans le vide alors que leur mix qui se déroule parfaitement occupe environ 10% de leur cerveau, imaginant une meilleure vie sur une plage de sable fin quelque part, loin, très loin", peut-on lire en légende de ce dessin de DJ en effet blasé. Tout le monde s'est moqué de lui, mais c'est peut-être exactement ce qui est arrivé à notre Guetta national à Tomorrowland ?

La grimace de la request

dj3

C'est une épreuve qu'énormément de DJs connaissent : quand un fêtard vient postillonner sur votre casque ou brandit son téléphone pour vous demander pour la quatrième fois de passer "Drunk In Love" de Beyoncé, quelle est la meilleure attitude à adopter ? Mixmag a repéré ce rictus, la grimace du "bien sûr que je vais jouer ce que tu demandes". Le but ? Décourager l'aspirant créateur de playlist avec un bien trop grand, bien trop gros et bien trop faux sourire. L'histoire ne dit pas si la méthode est efficace. Mais on n'a pas trop de doute pour celle-ci :

djpng

L'applaudissement condescendant

dj4

"Il est une heure du matin dans la salle principale un vendredi soir et le résident vient juste de finir le warm-up de votre set techno underground en jouant '187 Lockdown'. Tandis que le résident s'éloigne des platines, mimant des pistolets avec ses doigts et éparpillant un peu partout des gouttes de sueur, la tête d'affiche prend le contrôle des machines, utilise une fondue pour entamer son set et fait un effort pour applaudir poliment, le coeur et les yeux lourds de mépris", écrit Mixmag. Il arrive que ce soit vrai, certes. Mais il arrive surtout que ce soit profondément stupide, tant les DJs résidents peuvent être talentueux, eux qui sont habitués à s'adapter à n'importe quel headliner. Et ce n'est pas le festival Badaboum Airlines qui nous aura prouvé le contraire cet été. Non mais !

Les autres body languages décryptés de Mixmag sont à retrouver par ici.