JE RECHERCHE
Petit précis pour être (presque) sûr d’entrer au Berghain

Petit précis pour être (presque) sûr d’entrer au Berghain

Ou comment se mettre Sven Marquardt dans la poche et passer une folle soirée dans l'un des meilleurs clubs au monde.

N’essayez pas de nous faire croire que la boule au ventre qui s’installe dès lors que que vous prenez place à bord de l’avion pour rejoindre la capitale allemande est causée par l’angoisse d’un possible crash aérien. On sait que c’est la peur de vous faire gentiment congédier lors de votre tentative d’entrée au Berghain qui vous met dans tous vos états. D’ailleurs, on a consulté votre historique internet et tiens tiens… « comment entrer au Berghain » ressort très souvent dans vos recherches des derniers jours.

Vous pensiez avoir trouver des conseils avisés de teufeurs expérimentés et c’est pourquoi vous avez embarqué une tenue bien dark. Vous avez également potassé comme jamais la programmation du soir en allant checker la moindre sortie de tel ou tel DJ sur Discogs. Pourtant, tout le monde est au courant. Pour pouvoir entrer dans ce temple de la techno, c’est généralement une question de chance. Pas la peine d’espérer pouvoir négocier après vous êtes fait refuser l’entrée. Il faudra emprunter le « walk of fame »  en passant devant ceux qui espèrent encore y entrer et aller tenter votre chance au Kosmonaut ou au Chalet un peu plus loin.

berghain1

Dans un duel de regards très rarement salvateur, le costaud Sven Marquardt ne se laissera pas amadouer par une jupe incroyablement courte ou par votre plus belle paire de sneakers. Lors d'une interview accordée à GQ et ensuite en partie traduite par Sylvain Di Cristo de Trax Magazine, Sven se livre sur son métier de photographe et son autre activité qu'il occupe une fois la nuit tombée. Du coup, on a profité de ces quelques anecdotes sur sa carrière pour essayer de tirer des conseils pour les plus téméraires d’entre vous.

1/ Lui parler de Helga Paris, qui a été son mentor durant les eighties et a été la première à découvrir ses travaux photographiques. Ou juste lui dire que vous êtes photographe et que vous aimez son travail (dans ce cas allez regarder ce qu'il fait pour avoir de la matière et ne pas passer pour l'arriviste de service.)

Sven-Marquardt-Ostberlin-1985

photo prise par Sven Marquardt en 1985

2/ Lui dire que vous l’aviez déjà croisé lorsqu’il était videur au "Bienenkorb" et que vous étiez client régulier du « Suicides ». Ca fait toujours bonne impression de montrer qu’on était là depuis le début. Bon, par contre il faudra vraiment avoir l’air crédible sinon ça ne passera pas.

3/ Porter un nœud papillon. Sven en porte toujours car il aime beaucoup cet accessoire. Avec un peu de chance, il sera sensible au vôtre et vous demandera même où vous l’avez acheté. Le problème c'est que vous allez certainement parler chiffon avec lui pendant des heures et louper le set incroyable de Ben Klock. Oupss !

4/ Etre gay-friendly. On ne pas vous faire l'historique de ce club mythique et des nombreuses soirées qui ont rythmé les débuts de la scène techno berlinoise. Toute personne un tant soit peu intéressée par son histoire sait que ce club a un héritage important qui lui vient de la culture gay. Sven l'annonce lui-même: "le club vient de la scène gay berlinoise des 90’s. C’est important pour moi que nous préservions un peu de cet héritage, que l’on ressente encore que c’est un endroit qui accueille les clubbers originaux." 

Le mieux reste tout de même d'y aller sans se prendre la tête et de prévoir un plan de secours au cas où Sven ou l'un de ses hommes vous refusent l'entrée. La nuit berlinoise fourmille d'endroits très intéressants et vous aurez donc l'embarras du choix pour trouver un remplaçant lors de votre escapade allemande.