JE RECHERCHE
La découverte du jour : Panda Electric Garden, synth-pop lascive

La découverte du jour : Panda Electric Garden, synth-pop lascive

Il a suffit d'un morceau, "The High", pour que l'on ai envie de parier sur le duo.

Panda Electric Garden, c'est Sam Karlson et Léonard Jérosme, duo autour duquel gravite le bassiste Junior Assolo, le batteur Hugo Sarton et les chanteuses Julia Jérosme et Alice Jacq. C'est cette dernière que l'on entend d'ailleurs sur "The High", premier morceau du duo et véritable fruit du hasard. En effet la chanteuse, de retour de Californie après y avoir vécu huit ans, enregistre un simple riff de guitare sur son téléphone et celui-ci devient le point de départ du titre. Le duo s'en empare et y ajoute rythmique, synthés et mélodie pour en faire une pop song lascive mais efficace.

Quant au clip, c'est Agathe Riedinger qui le réalise et elle a la très bonne idée d'y faire danser Alexander Cephus et Lasseindra Ninja, "mother" du voguing français - cette culture queer américaine née dans les années 20 et qui a explosé dans les années 80-90. Des images aux sonorités, Panda Electric Garden joue le mélange des genres tout en creusant le filon d'une pop polissonne mais un brin policée. Et si le communiqué de presse décrit un duo pris dans des questions métaphysiques ("D'où venons-nous ? Où allons-nous ? Qui sommes-nous ?") il faudra attendre le second Ep, prévu pour l'automne, pour savoir s'il faut vraiment être philosophe pour faire de bonnes pop songs.