JE RECHERCHE
Optimiam, l'application anti-gâchis qui va révolutionner vos pauses dej'

Optimiam, l'application anti-gâchis qui va révolutionner vos pauses dej'

Optimiam vous propose de manger pour pas cher en aidant les commerçants à écouler les invendus. Un concept écolo qui devrait en convaincre plus d'un !

A chaque fois que l'on vide notre frigo, il y a ce même constat terrible qui nous saute aux yeux: encore beaucoup trop de gaspillage alimentaire. On a beau faire des listes, prendre uniquement ce qui nous semble essentiel, au final on se retrouve toujours avec des produits périmés sur les bras. Si à notre petite échelle le gâchis est déjà considérable, imaginez ce qu'il en est pour les restaurants et commerces alimentaires. Désirant trouver des solutions pour éviter le gaspillage alimentaire de masse, des Français ont lancé l'application Optimiam il y a quelques mois.

tacos

Alexandre Bellage et Raodath Aminou, créateurs d'OptiMiam, aident les restaurants et commerces alimentaires à écouler le stock de produits dont la date de consommation arrive bientôt à terme. D'ordinaire, les invendus sont donnés à des organismes comme l'Armée du Salut quand bien sûr les dates permettent encore la consommation sans risque sanitaire. Pourtant, il reste encore trop souvent une part considérable de marchandises à écouler et c'est là qu'Optimiam entre en jeu ! Pour cela, ils ont imaginé une application qui recense les différentes réductions proposées par les commerçants partenaires. Combinant des menus à des prix attractifs à une démarche responsable, ce concept a déjà attiré 22 000 utilisateurs. Avec 75 partenaires pour le moment, le réseau devrait s'étendre à plus de partenaires malgré la participation annuelle pouvant aller jusqu'à 400.

D'autres applications surfent sur cette vague du no gâchis, comme Feeding Forward lancée par une jeune étudiante américaine et qui permet de donner les surplus de repas à des sans-abris. En France, des plateformes comme Phenix et EQOsphère permettent de donner les invendus des commerces à des associations ou à des destockeurs qui les revendent ensuite à bas prix.