JE RECHERCHE
Cinq biopics musicaux essentiels

Cinq biopics musicaux essentiels

Le biopic, la biographie en images, est devenu un genre incontournable du cinéma qui aime immortaliser des héros plus ou moins évidents. A l’occasion de la sortie de Love and Mercy, le biopic sur Brian Wilson avec John Cusack, on vous livre un top 5 du genre.

Le biopic le plus audacieux : I’m Not There

En 2006, Todd Haynes, réalisateur iconoclaste et mélomane réalise un biopic un peu "à part" sur Bob Dylan et ses différentes vies. Pour ce faire, il mélange les époques, les trames narratives et les acteurs. Il se paie même les services de Cate Blanchett pour incarner Bob Dylan à une certaine époque de la vie de la légende du rock et de la folk. Il fallait y penser, et surtout, oser.

Le biopic le plus méconnu : Grace of my heart

Sorti en toute discrétion en 1996 par Allison Anders (et produit par Martin Scorsese s’il vous plait), ce film prend la forme d’une adaptation libre sur la vie de Carole King et de Gerry Goffin, son mari pendant quelques années et son partenaire artistique du Brill Building avec lequel elle a écrit « Will you love me tomorrow » et « The Locomotion » entre autres. Dans le film, Carole King se nomme Edna Buxton et est jouée par Illeana Douglas, Matt Dillon y joue quant à lui une version fictionnelle de Brian Wilson, quant à John Turturro il incarne un double bluffant de Phil Spector. Le film n’a pas été un grand succès mainstream car il fut eclipsé par That Thing you do ! de Tom Hanks sorti au même moment. Pourtant, la bande originale est ultra classieuse puisque elle fut composée par Burt Bacharach et Elvis Costello.

Le biopic le plus «  bon élève » : Ray

Il y a 11 ans déjà, Jamie Foxx interprétait Ray Charles dans un biopic hyper mélo et larmoyant, mais réussi, sur la vie de Ray Charles Robinson, légende du jazz et de la soul. Tous les épisodes dramatiques de sa vie ont été évoqués comme bien évidemment la mort prématurée de son frère et sa cécité intervenue très tôt. Le chanteur/acteur Jamie Foxx a donc bien mérité son oscar du meilleur acteur en 2005 pour sa prestation dans ce biopic très académique.

 Le biopic le plus « chaud » : Velvet Goldmine

Egalement réalisée par Todd Haynes, cette version très libre de la vie de David Bowie et d’Iggy Pop a marqué les esprits par son caractère assez sulfureux en retranscrivant la vie débridée de ces légendes du glamrock. Jonathan Rhys Meyers joue Brian Slade qui est ici une copie romancée de David Bowie, et Ewan McGregor y joue Curt Wild, une version déjantéé du chanteur des Stooges.

 

Si le film n’est pas une parfaite réussite en terme de mise en scène, il se distingue par ses recherches historiques et sa bande originale de haut vol, on y trouve un « supergroupe » nommé The Venus in furs (un clin d’œil à la chanson du Velvet Underground) composé de Thom Yorke, Jonny Greenwood, David Gray, Bernard Butler de Suede et Andy Mackay de Roxy Music. On y retrouve aussi des morceaux cultes de Roxy Music ou de Lou Reed. Un must see.

Le biopic le plus attendu : Love and Mercy

Le mystère qui a entouré les années noires du génie Brian Wilson dans sa période post Beach Boys a alimenté bon nombre de rumeurs et fait couler beaucoup d’encre sans que l’on sache vraiment ce qui était arrivé au musicien.

Ce biopic, adoubé par Brian Wilson et sa famille, offre une tentative de réponse, avec en prime des prestations de Paul Dano (période Beach Boys) et John Cusack (époque solo) sous les traits du chanteur. Les critiques Outre-Atlantique sont déjà conquises, verdict en France la semaine prochaine.