JE RECHERCHE
La polémique enfle autour d'Apple Music

La polémique enfle autour d'Apple Music

Le dernier venu des services de streaming, Apple Music, sortira le 30 juin. Mais il suscite déjà beaucoup de controverses.

On le sait, depuis quelques années déjà l'industrie musicale a opéré son virage numérique. Pour preuve, selon la SNEP, l'année dernière seul le marché du numérique croissait (+6%) tandis que les ventes physiques chutaient de 11,5%. Mais plus encore, c'est les services de streaming qui se développaient le plus. Les téléchargements, eux, ont baissé de 14%. Aujourd'hui, le streaming représente 29% du marché global et au premier trimestre 2014, la filière enregistrait une hausse de son chiffre d'affaire de 40%. On comprend mieux alors que Soundcloud propose un modèle payant, que des artistes lancent leur propre plateforme (Tidal) et que le géant Apple se lance dans la course. Mais l'intérêt des géants de la musique est-il celui des labels indépendants et des artistes ?

Le 9 juin dernier, Apple présentait sa nouvelle plateforme lors de la Conférence des développeurs (WWDC) à San Francisco. On y découvrait qu'Apple Music s'accompagnerait du dispositif « Connect » pour que les utilisateurs puissent avoir une relation direct avec les artistes, mais également d'une radio, Beats 1, piloté par l'animateur de BBC Radio One Zane Lowe. Enfin, Apple dévoilait le prix de son abonnement : 9,99 dollars par mois sans version gratuite.

applebeat

Quelques jours plus tard, le 11 juin, le webzine Music Buisness Worldwide révélait qu'Apple Music n'aurait pas trouvé d'accord avec Merlin, une structure qui représente 20 000 labels indépendants dont XL, Domino ou Pias. Le point majeur de désaccord est qu'Apple refuse de payer les droits relatifs aux écoutes durant les trois mois d'essai de la plateforme. Le service ayant opté pour un modèle 100% payant, la compagnie avance l'argument qu'Apple Music ne fera pas de bénéfices les premiers mois. Sur les autres plateformes de streaming, les labels se taillent d'ailleurs souvent la part du lion. Le contrat entre Sony et Spotify publié par The Verge en donne un bon exemple. La major, en effet, touche 60% des revenus mensuels de Spotify en plus de pourcentages sur les écoutes.

La polémique rappelle d'ailleurs le bras de fer qui avait eu lieu entre YouTube et Google d'un côté, et les labels indépendants de l'autre. Ces derniers s'étaient vus menacés de voir leurs vidéos disparaître du service vidéo s'ils refusaient les conditions imposées par les deux géants. Pourtant, aujourd'hui certains des labels concernés n'hésitent pas a exprimer leur soutient à Apple. L'un des dirigeants de Pias, Edwin Schröter, a publié il y a quelques jours une tribune où il affirme que « le lancement d'Apple Music se révélera être une énorme opportunité plutôt qu'une menace pour notre entreprise » et souligne « les efforts de longue date qu'Apple a entrepris ».

Mais du côté des artistes et de l'AIM (Association Of Independent Music), c'est un autre son de cloche. Anton Newcombe, le leader de The Brian Jonestown Massacre, a publié le 18 juin une salve de tweets très énervés après s'être apparemment fait menacé de voir toute sa discographie disparaître de la plateforme en cas de refus des conditions. Bon Iver, lui aussi, a exprimé son mécontentement en 140 caractères, expliquant que s'il écoutait moins de musique, c'était la faute d'iTunes. Quant à l'AIM, elle a exprimé son inquiétude dans une lettre. Sa présidente argue qu'Apple « demande au secteur de la musique indépendante de couvrir son risque, pour financer leur programme d'acquisition de clients, et d'assumer le fardeau financier pour leur lancement mondial. »

Comme l'explique le site Digital News Music, Apple a rétorqué en expliquant qu'ils reverseront, selon les pays, entre 71,5% et 73% des revenus liés aux abonnements aux ayants droits. Il est cependant difficile de se faire une idée précise puisque les informations dont on dispose proviennent des déclarations des deux parties et des leaks de contrats qui ont pu être modifiés entre temps. Réponse, donc, le 30 juin.