JE RECHERCHE
Non, la Fête de la musique n'est pas ringarde

Non, la Fête de la musique n'est pas ringarde

Parce que la Fête de la musique ne signifie pas forcément chanteur tsigane au rabais et guitariste médiocre, Greenroom vous file quelques tuyaux pour dimanche.

On vous voit déjà grimacer à l'idée d'aller vous coller aux milliers de Parisiens ou autres citadins qui se réuniront dimanche, à l'occasion de la Fête de musique. Pour vous, il est inimaginable de sortir de chez vous ce jour-là car, et vous parlez par expérience, vous ne verrez de la musique que des groupes médiocres qui profitent de la date pour tenter de percer dans ce milieu impitoyable. En l'espace de quelques années (ou depuis toujours ?), cet évènement qui célèbre aujourd'hui sa 34ème édition est devenu pour beaucoup une fête ringarde.

Pourtant, à ses débuts, la Fête de la musique ne vous voulait que du bien. Elle a été mise sur pied par le ministère de la Culture et de la Communication en 1982, sur initiative de Jack Lang alors ministre, de l'architecte Christian Dupavillon et de Maurice Fleuret, directeur de la Musique et de la Danse. La première édition a vu le jour à la suite de la circulation d'une note du ministère précisant que cinq millions de Français possédaient un instrument de musique mais que très peu d'entre eux les utilisaient. En 1982, la Fête était vouée à durer uniquement une demi-heure, entre 20h et 20h30. Loin de faire l'unanimité, la première édition a été taxée de "rendez-vous manqué" par le journal de télévision de l'époque qui pointait notamment une organisation maladroite. Un million de personnes ont pourtant répondu à l'appel. Quatre ans plus tard, la droite au pouvoir a voulu annuler cette tradition, provoquant un tollé. Depuis sa création, la fête de la musique a certes révélé de nombreux artistes mais est boudée par beaucoup, la considérant comme ringarde. Petit tour d'horizon des risques que vous prenez en vous rendant à cette fête de la musique et des solutions.

Le concert World Music

Le risque : Vous retrouver devant une tribu de dix jeunes va-nu-pieds qui tapent sur des bambous et des djembés en jouant avec des bolas enflammées. Du coup ils n'ont plus vraiment le temps d'apprendre à chanter.

La solution : Quitte à brasser du monde et jouer la carte de l'international, vous pouvez aller voir Ibrahim Maalouf qui aura carte blanche dimanche soir dans les jardins du Palais Royal et invitera "tous les gens avec ou sans leurs instruments, qu'importe leur âge ou le style de musique". Entre 4000 et 9000 personnes sont attendues, "cela va être une gigantesque improvisation !", se réjouit d'avance le musicien franco-libanais. L'évènement s'apparente en quelque sorte à ce qu'il avait fait au 104 avec Musicora, une première mondiale qui avait réuni 2500 personnes ! "Le but n'est pas juste d'improviser, il y a un concept derrière, une philosophie : il faut que les gens se sentent à nouveau concernés par les instruments", nous précise le musicien, avant d'ajouter : "la musique est une mutualisation des forces qui fédère ! En France, et plus généralement en Europe, la musique est laissée pour compte. Au contraire, il faut qu'on cherche à créer une émulsion, une manière de se renouveler".

Autre solution : aller voir Alpha Blondy et K'Reen en concert près de Bercy, Özlem Bulut - chanteuse kurde - et Hamed Bouzzine à l'ICI ou encore passer le périph' pour se rendre à Evry où la star sénégalaise Youssou N'Dour chantera.

Ibrahim Maalouf, Jardins du Palais Royal, 156 Galerie de Valois, 75001 Paris.

Alpha Blondy et K'Reen, 1 Place des Vins de France M° Cour Saint-Emilion – de 17h à 21h.

Özlem Bulut et Hamed Bouzzine, l'Institut des Cultures d'Islam, 19 rue Léon, 75018 Paris.

Youssou N'Dour, Evry, Place des Droits de l’Homme et du Citoyen - Boulevard François Mitterrand, De 18h à 23h.

Le concert de rock-métal

Le risque : Découvrir des nostalgiques de Nirvana qui s'échinent à gratter agressivement leurs guitares qui le leur rendent mal, écorchant par là même leurs doigts et vos oreilles.

La solution : Si vous voulez vraiment des univers aux sons triturés, on vous conseille d'aller faire un tour Place de la République où il y aura notamment les talentueuses Jeanne Added et Yael Naïm.

Concerts Place de la République, 75003. De 14h30 à minuit.

Le concert électro

Le risque : Devoir aller voir ses potes qui mixent depuis peu et ressemblent plus au side project de Martin Solveig qu'à un Laurent Garnier au sommet.

La solution : Participer au bal Electro de Montmartre où se trouvera notamment target="_blank">Montmartre, aller voir la performance technologique de target="_blank">Chloé, en partenariat avec l'IRCAM (Institut de Recherche et Coordination Accoustique / Musique), qui transforme le spectateur en acteur puisqu'il peut modifier le son en direct. Des innovations technologiques dans lesquelles réside l'avenir de la musique aux dires d'Ibrahim Maalouf. Ce dernier est d'ailleurs en charge du premier jam organisé dans le cadre de Whojam, une application qui permet à plusieurs musiciens dans le monde entier de faire des jam sessions ensemble. Enfin, vous pouvez également vous laisser transporter par l'électro-pop d'Isaac Delusion, qui seront en concert Place Denfert-Rochereau, ou passer au Nüba voir Slow Hands et Navid Izadi dans le cadre de la DayDream et pour les sudistes, aller voir Thylacine à Six-Fours-Les-Plages.

Le Bal Electro de Montmartre, Tifinagh, 17 avenue Rachel, 75018 Paris . Plus d'infos ici.

Chloé X Ircam, Jardins du Palais-Royal, 156 Galerie de Valois, 75001 Paris. 18h30.

Isaac Delusion, Place Denfert-Rochereau, 75014 Paris. 19h - 00h30.

Thylacine à l'EMMA de Six-Fours-Les-Plages. Plus d'infos ici.

Slow Hands et Navid Hizadi au Nüba, Plus d'infos ici.