JE RECHERCHE
Petit guide pour un week-end parfait à Solidays

Petit guide pour un week-end parfait à Solidays

Greenroom vous a concocté un petit programme, jour par jour, pour profiter à fond du festival Solidays sans rien louper ! 

On ne va pas à Solidays comme dans n'importe quel festival. Solidays, c'est de la musique bien sûr, mais aussi des rencontres, des conférences, des messes un peu spéciales, un village associatif aussi ludique qu'instructif, des expos de sensibilisation au fléau qu'est le VIH... On peut même y faire du saut à l'élastique ! Le site est grand, et les choses à faire nombreuses : on peut rapidement louper d'essentiels et émouvants moments d'hommage aux victimes du Sida, ne pas voir les petits spots cachés comme le Bout du Monde ou manquer son artiste favori. Dans ces conditions, il vaut mieux se préparer un minimum avant d'enfiler sa plus belle salopette et d'aller fouler l'herbe de l'hippodrome de Longchamps. Greenroom vous mâche le travail : on vous a concocté notre programme idéal d'un Solidays 2015 parfait !

Vendredi, on s'informe !

16 heures, ouverture des portes. Le temps de définir un point de rendez-vous (plutôt lampadaires devant la scène Paris ou manège installé près du chapiteau Dôme ?) pour l'inévitable moment où vous allez perdre tous vos potes au détour d'une pause pipi, que hop, il faut se précipiter au Forum Café où est attendu, à 17h30... Bill Gates. Déjà présent l'année dernière, le milliardaire-philanthrope - rajoutez-lui une armure et on l’appellera Iron Man -, viendra donner une conférence. Il ne sera pas le seul : tout au long du week-end, le Forum Café invitera Yann Arthus-Bertrand, Christiane Taubira ou encore Edwy Plenel pour des débats autour de la notion de mobilisation, du lobbying, ou encore d'une nouvelle vision de la sexualité ou de la maladie.

Côté musique, on se précipitera tester en live 7, le nouvel album de Paul Kalkbrenner ou encore la pop revisitée de l'excellent quatuor Isaac Delusion. Mais avant cela, attention, comme dans n'importe quel festival il va bien falloir se nourrir. Solidays ne manque pas de choix, et mise autant sur la qualité que sur la quantité. Alexandrine Mounier, responsable développement durable du festival rencontrée il y a quelques semaines pour discuter écologie, ne s'occupe pas uniquement du tri des déchets ou de l'impact en énergie de Solidays. Elle a créé, l'année dernière, le label I Feel Food. Le principe ? Les stands de restauration portant le macaron du label (un smiley) proposent au moins un plat à la carte composé d'ingrédients bios, végétariens, issus du commerce équitable ou du circuit court. Quatre pictogrammes serviront à identifier les différentes démarches. Pour les petits nouveaux du festival, sachez que l'on y trouve beaucoup de stands de cuisine étrangère. L'occasion de faire un petit tour au Japon, aux Caraïbes, en Israël ou en Italie dans le grand espace food placé près du village solidarité -- en espérant qu'il fasse plus beau que l'année dernière :

NAT2110©Nathadread_Pictures

Mais il est temps de se repérer un peu. Vous faites face aux stands de restauration ? Bien. Virez à droite vers les chapiteaux Dôme et Domino, tournez un peu à gauche et vous découvrirez un espace tout vert, où de l'électro s'échappe des enceintes et où les festivaliers dansent les bras levés. Les habitués reconnaissent : nous parlons évidemment de la Greenroom. Canblaster & DJ Slow, Ivan Smagghe, Remain, Uppermost, Stephan, Villanova en live... Il y aura de quoi faire !

Samedi, on danse !

Apothéose du festival, aux tickets déjà épuisés, la journée du samedi est cette année dotée d'une programmation au poil. Difficile de choisir entre Rone, Die Antwoord, Caribou... Avec un peu de chance, tous ces concerts alléchants seront bien répartis dans la journée. Pour savoir ça, il va falloir patienter jusqu'à l'ouverture du festival : comme chaque année, la time-table de Solidays n'est dévoilée que le Jour-J sur des programmes à acheter sur dons libres (évidemment reversés à Solidarité Sida). Pour manger, place au terroir du Bout du Monde, petite enclave à l'ombre des marronniers et à deux pas de l'entrée du camping. Parfait pour ceux qui, après une journée de fête et une soirée de folie en perspective, ont envie de reposer leurs tympans en mangeant quelques tranches de saucisson.

Entre deux concerts, passage obligé à l'exposition Sex And The City, aussi piquante qu'instructive. Rendez-vous à gauche de l'entrée, juste avant l'espace restauration et le village solidaire.

D'ailleurs, et si on allait y faire un tour dans ce village solidarité ? Cent associations, toutes causes confondues, y sont réunies et leurs représentants sont toujours prêts à renseigner les festivaliers. Le site de Solidays promet diverses activités : "Gagnez des lots en testant vos connaissances sur le VIH-sida, participez à un championnat de pose de préservatifs, apprenez les gestes qui sauvent…". Si les causes sont graves, tous ces stands sont tenus dans la bonne humeur et les éclats de rire fusent sous le chapiteau du village, par ailleurs bordé de boutiques de vêtements et accessoires baba-cools.

Rendez-vous enfin sur notre espace Greenroom pour commencer (et finir ?) la soirée en beauté avec Château Marmont en live, Cerrone en DJ set, Twinsmatic, Lemarquis, The Reflex, Zimmer et les copains Croustibrat du Tsugi Crew.

Dimanche, on chill !

Avec deux jours de festivals dans les pattes, un petit détour par le Green Corner ne sera pas de refus. Au programme : 800m2 dédié au bien-être où officie une équipe de professionnels de la santé, entre ostéopathes, chiropracteurs, masseurs shiatsu et spécialistes de la médecine chinoise. Les accros aux papouilles confirmeront, un bon massage, ça fatigue. Rendez-vous pour se remettre à la palmeraie made in Longchamps, où, les pieds dans sable, vous pourrez déguster pâtisseries orientales et thé à la menthe sous une tente berbère.

A quelques mètres seulement, le chapiteau César Circus accueillera dimanche une messe un peu particulière, celle des Sœurs de la Perpétuelle Indulgence. Il faut les voir pour comprendre. Menées par Soeur Rose, ces non-religieuses provoquent et amusent pour mieux faire réfléchir sur le but premier de Solidays : la lutte contre le Sida.

Côté concert, on retrouvera ce dimanche Chinese Man, Fakear ou encore Brodinski et son nouvel album BravaCôté Greenroom, place à Get A Room!, Faul & Wad Ad, Orignal Unit et les équipes du Tournedisque.

C'est tout noté ? Alors on se retrouve vendredi 26, 16 heures, pour un week-end qui s'annonce riche en musique et rencontres... Parfait, donc. Seul problème : les pass 3 jours, 2 jours, et samedi sont épuisés. Comme la vie est bien faite, vous pouvez tenter de gagner des places grâce à notre jeu concours. La consigne ? Liker la photo et suivre le compte Instagram de Greenroom et de Solidays. Envoyez votre love !