JE RECHERCHE
Loud And Proud Festival, le queer sort du bois

Loud And Proud Festival, le queer sort du bois

La première édition du festival Loud & Proud se déroulera du 2 au 5 juillet à la Gaîté lyrique, au Sucre et au Lieu Unique. Un évènement pionnier en France qui vise à rendre visible les artistes queer.

"J'en avais marre de voir sur les scènes des festivals des artistes uniquement blancs et hétérosexuels !" C'est en réaction à ce constat que s'est dessinée dans la tête de Benoît Rousseau l'envie de mettre sur pied le festival Loud & Proud. L'évènement aura lieu du 2 au 5 juillet prochain à la Gaîté lyrique, au Sucre lyonnais ainsi qu'au Lieu Unique nantais et alternera concerts, projections et ateliers. Le festival a pour vocation de mettre en avant la culture queer habituellement reléguée dans le monde invisible. Le commissaire d'exposition et programmateur de concerts dans plusieurs lieux depuis quinze ans explique avoir voulu, via ce festival,"inverser la tendance".

Instagram

Loud & Proud vise également à "contextualiser la culture queer" en allant au-delà d'une simple présentation d'artistes. D'où la tenue de plusieurs rencontres, notamment "Figures, trajectoires et stratégies queer dans la culture et la pop musique", à laquelle participeront des philosophes, journalistes et artistes - Jam Rostron de Planningtorock - et "An Army Of Lovers Cannot Lose : luttes queers et paradoxes de la visibilité". Mais surtout de plusieurs ateliers : un dans lequel vous pourrez apprendre à faire du Bounce - une danse qui sublime la "bounce music", née au début des années 1990 à la Nouvelle-Orléans - et donc à bouger vos fesses, "seule chose que nous ayons tous en commun", précise Benoît Rousseau, un second atelier intitulé "Drag King". Cet atelier, organisé autour de l'intervention du performeur queer franco-tunisien Viktor Marzouk, cherche à montrer aux femmes ce que cela signifie de vivre en tant qu'homme.

Benoît Rousseau, qui explique tenter à l'année "d'avoir une programmation équilibrée entre les deux sexes" s'insurge contre tous les programmateurs de festivals, "la plupart du temps des hommes" qui ne programment que des hommes. "Quand on leur fait la réflexion, poursuit le programmateur, ils se justifient par un simple 'je ne suis pas sexiste, je n'y avais juste pas pensé'. C'est bien ça le problème !" Contrairement à des villes comme Berlin qui possède leur festival de musiques queer, le Yo!Sissy, Paris demeure à la traîne dans ce domaine. "Il y a certes des associations qui oœuvrent depuis longtemps au développement de cette culture musicale - comme Les Femmes s'en mêlent - mais c'est toujours resté dans l'ombre, les concerts sont organisés dans des caves, des lieux cachés. Il y a encore du chemin à faire", reconnaît Benoît Rousseau. Et Loud & Proud contribue de manière salutaire à rendre cette culture visible. Greenroom vous a sélectionné cinq artistes à (re)découvrir absolument à Loud & Proud.

Anna Meredith

Anna_Meredith crop

Cette Anglaise plutôt méconnue dans l'Hexagone a composé des pièces pour l'orchestre symphonique écossais de la BBC et n'avait encore jamais fait de concert en France. De formation classique, elle s'est en premier lieu consacrée à la clarinette et les percussions avant de s'essayer à la composition puis de bifurquer vers l'électronique. Pour sa prestation à la Gaîté lyrique, elle viendra accompagnée de musiciens classiques.

https://www.youtube.com/watch?&v=cs8TNI7n3pc

Perfume Genius

"Un des meilleurs représentants de la musique queer", selon Benoît Rousseau qui s'étonne que l'artiste ne soit programmé dans aucun festival en France. Et de s'interroger : "est-ce que voir un chanteur hyper androgyne fait peur ?"

PerfumeGenius_03 (2) crop

Peur ou pas, Mike Hadreas de son vrai nom n'en est pas à ses balbutiements musicaux. L'homme, originaire de Seattle, compose et interprète depuis 2010 des morceaux qui parlent avec une certaine pudeur de la violence et la difficulté de vivre lorsqu'on est différent. Son troisième album, Too Bright, livre un rock à l'animalité céleste.

Christeene

Pas celle avec ses Queens, l'autre, celle que Benoît Rousseau décrit comme "la drag queen terroriste, celle des bas-fonds, qui choque l'homme bourgeois et représente le queer du caniveau".

Ce personnage hypersexuel aux collants filés incarné par Paul Soileau livrera une performance trash et provocante qui prend le contre-pied des traditionnelles drag queen habituées à s'époumoner sur "I Will Survive".

Le1f

Le même soir se produira le jeune rappeur américain Le1f dont le twerk maîtrisé dans "Wut" nous avait marqués. Originaire de New York, il fait partie des premiers rappeurs à avoir fait leur coming-out et avoir ainsi ouvert la voie à d'autres artistes qui étaient jusqu'à lors confinés dans le carcan de la bienséance régnant dans le milieu du rap.

Le fondateur du label Camp and Street viendra ravir nos oreilles avec son mélange de trap et dance.

Fiodor Dream Dog

La Parisienne délurée Tatiana Mladenovitch délivre une pop-folk intime depuis déjà six ans. Son troisième et dernier album, Best, sorti en avril dernier, nous l'a confirmé : cette amatrice d'Eliott Smith qui puise dans des poèmes de James Henry Leigh Hunt pour ses chansons, "Jenny Kissed Me", et fréquente Bertrand Belin depuis longtemps, sait revisiter la pop d'une manière plus que singulière.

Toutes les infos concernant le festival sont à retrouver ici.