JE RECHERCHE
Hardcore, château et Astropolis : "Sous le donjon de Manu Le Malin", le docu à soutenir

Hardcore, château et Astropolis : "Sous le donjon de Manu Le Malin", le docu à soutenir

Mario Raulin de Sourdoreille prépare un documentaire sur le DJ hardcore puis techno Manu Le Malin. Tic-tac : il reste 24 heures pour participer au financement !

Mario_Raulin"Voilà, j'ai un projet, j'aimerais faire un documentaire sur toi. Ça fait vingt ans que tu mixes et il n'y a pas eu de long-format sur ta carrière, j'ai envie d'essayer". C'est à peu près ce qu'a dit Mario Raulin, vidéaste du collectif Sourdoreille (en photo ci-contre), à Emmanuel Dauchez. Emmanuel qui ? Son nom dépendra de vos goûts musicaux -- et de votre âge. Pour les vieux de la vieille, il est Manu Le Malin, grande carcasse aux côtes tatouées errant de raves en raves, d'afters en afters (le pont de Tolbiac s'en souvient encore), laissant derrière lui de violents mais délicieux sets hardcore. Un passionné de H.R. Giger (le papa d'Alien) et un monument de la scène rave 90's si on ose les superlatifs. Pour les plus jeunes, il sera plutôt The Driver, son alter-ego techno qui officiait encore le week-end dernier au Weather Festival. Avec autant de cordes à son arc, y compris W.L.V.S. (son duo avec Electric Rescue) ou l'old-school Palindrome, le DJ devenu producteur en 2002 avec Fighting Spirit méritait bien son docu.


Mais Mario Raulin n'avait, dès le départ, pas vraiment envie de réaliser une rétrospective du mouvement rave avec Sous le donjon de Manu Le Malin. D'autres, à l'image de Damien Raclot-Dauliac et son We Had A Dream, l'on très bien fait avant lui. Non, Mario, qui a rencontré Manu en 2011, veut s'attarder sur sa vie, et sur un lieu bien particulier : le château de Kériolet. "J'ai mis les pieds à Kériolet pour la première fois il y a à peu près cinq ans. Cela faisait longtemps qu'on me parlait du lieu comme étant un endroit à part dans le milieu des raves et des soirées techno. Et c'est assez incroyable. Architecturalement déjà, c'est un des plus beaux châteaux de Bretagne, pas immense mais très bien conservé, parfait pour accueillir une soirée avec une capacité d'à peu près 1200 personnes dans la cour", raconte-t-il. Le château, situé à Concarneau, est habité depuis la fin des années 80 par Christophe Lévèque, un scientifique ayant craqué pour la bâtisse alors assez délabrée. Particularité du sexagénaire ? Il a baigné dans les milieux techno et house new-yorkais... Et ne comptait pas s'endormir sur ses lauriers bretons. "A l'époque, le festival Astropolis allait dans des parcs expo, qui n'étaient pas toujours appréciés, et avait du mal à se sédentariser. Le plus naturellement du monde, Christophe Lévèque décide de les inviter : 'Venez chez moi, j'ai une grande maison, j'habite tout seul et ça me ferait bien plaisir d'accueillir du monde de temps en temps et de faire un peu la fête'". Astro s'installe en 1997 à Kériolet, pour partir en 2001, faute de place. Enfin pas complètement : le festival y organise chaque année une soirée, la Spring.

keriolet

C'est bien joli, mais quel est le rapport avec Manu ? Et bien le Parisien est peut-être, après le châtelain, la personne qui connaît le mieux Kériolet. Il y pose ses platines pour la première fois lors de la première édition d'Astropolis au château et en a découvert tous les recoins. La légende dit même qu'il aime, à la fin de ses sets, s'isoler sur une des tours avec les gargouilles comme seule compagnie -- d'où, peut-être, le titre Sous le donjon de Manu Le Malin.

DAVID_BARTHELEMYTout naturellement, Mario Raulin souhaite installer ses caméras dans cette même bâtisse. "Ça m'intéressait de retracer la vie de Manu dans cet écrin, de raconter son histoire d'amour improbable avec Kériolet", explique-t-il. Mettre "histoire d'amour" et "Manu Le Malin" dans la même phrase peut faire sourire. Le DJ n'a pas une allure de bisounours avec ses tatouages biomécaniques. Mario est bien placé pour le savoir : "Humainement, c'est quelqu'un que j'aime beaucoup, que j'ai appris à connaître. Alors oui, il n'est pas facile à approcher. Mais au-delà de la première impression un peu sauvage qu'il renvoie, avec un côté entier, sans concession -- si tu le fais chier il te le dit, il continue à me le dire d'ailleurs! --, derrière cette grosse carapace, il y a quelqu'un d'hyper romantique, avec un gros coeur et qui se donne à fond dans tout ce qu'il fait". À fond, et sans fard. Manu Le Malin a en effet traversé des périodes difficiles, de gros creux de la vague personnels et professionnels. Le docu ne fera pas l'impasse là-dessus, le DJ de 45 ans souhaitant "que le film lui ressemble et que l'on retrouve ce qu'il est aujourd'hui".

Autre sujet qu'il serait évidemment impossible d'éviter ? Torgull. Sous ce nom de roman d'heroic fantasy se cache le meilleur ami et collaborateur de longue date de Manu Le Malin. Il s'est évidemment impliqué dans le projet... Avec à la clé une belle surprise : Sous le donjon de Manu Le Malin a donné envie à Torgull et son pote de se remettre à composer, chose que l'on avait pas vue depuis belle lurette ! Les deux vont s'occuper de la bande-originale du film, composée de morceaux inédits et de titres emblématiques de la scène hardcore et techno. Autre apport prévu : une captation live de Manu Le Malin à la Spring d'Astropolis 2016, pour laquelle il prépare un set de trois heures un peu particulier qui retracera sa carrière avec de nombreux invités.

Le tournage n'a pas encore commencé. Et, sans vouloir mettre la pression à qui que ce soit, si personne ne se mobilise il ne commencera jamais. Sous le donjon de Manu Le Malin fait en effet appel au financement participatif, via le site Ulule. La deadline ? Mercredi 10 juin à 23h59. Alors messieurs-dames, à votre bon cœur pour soutenir ce beau projet.

UPDATE 10/06/2015 : Bonne nouvelle du mercredi matin : un peu moins de vingt-quatre heures avant l'échéance, le projet de Mario Raulin a obtenu la somme demandée sur Ulule. Rendez-vous à la rentrée 2016 !