JE RECHERCHE
La découverte du jour : l'électro pop rêveuse de Bloum

La découverte du jour : l'électro pop rêveuse de Bloum

Certains groupes ne se contentent pas de faire de la musique, ils pensent tout un univers visuel autour. C’est le cas de Bloum et son esthétique rêveuse.

Cela commence par un doux solo de guitare. Echos cristallins et méandres mélancoliques. On pourrait se croire dans un conte fait de créatures évanescentes et de lacs profonds. Et puis finalement ça décolle. C’est ainsi que commence le beau morceau "Lady Moutain", du groupe français Bloum, second titre de leur EP Troubled City, sorti début mai et disponible sur iTunes.


Créé en 2011, Bloum a sorti ses premiers titres en 2013 et deux EP en deux ans. Le deuxième, Faith, signé chez Animal Records, a été le fruit de collaborations avec d’autres artistes de la scène électronique française (Worakls, Nhar, Eggo, Vendredi...). Le groupe est la réunion de Glen, Paul, Marie, Léo, Bastien et Max qui se sont retrouvés autour d’une idée : construire un live où la musique et l’image pourraient se mêler et former une matière à part entière. Leur but : "créer un état d’ivresse sensorielle", rien que ça ! Et le but est atteint avec cet EP de quatre morceaux.

Bloum-Troubled-City

La notion de croisement a toujours intéressé la formation, mêlant image et son, électronique et acoustique, graphisme et vidéo, art plastique et numérique. Cela donne naissance à une musique se nourrissant de pop, de néo-jazz et de soul, sur un tapis de musique électronique. Chaque matériau serait support de l’autre, grâce au travail qui se fait toujours en commun entre les différents membres du groupe. L'entente parfaite en somme.

Les six compagnons se voient comme des artisans de la musique, composant, arrangeant et mixant leurs morceaux de leurs petites mains, et il en va de même pour l’identité visuelle du groupe ainsi que les pochettes et images. Retrouvez-les le 4 juillet à la Douve Blanche, à Egreville.