JE RECHERCHE
Les Young Fathers s'éloignent du hip-hop et ça leur va très bien

Les Young Fathers s'éloignent du hip-hop et ça leur va très bien

Moins d'un an après avoir empoché leur Mercury Prize, les Ecossais de Young Fathers reviennent avec un deuxième album ouvertement pop. 

Avec leur premier album Dead, les garçons de Young Fathers (le trio est nommé ainsi parce que les membres du groupe, Alloysious Massaquoi, Kayus Bankole et "G" Hastings partagent tous leur prénom avec leurs pères respectifs) ont été rapidement catalogués dans la grande case du "hip-hop progressif". C'était peut-être un peu facile : du hip-hop, les trois Ecossais en ont les influences, mais le rendu a toujours été un peu plus complexe que ça, entre pop, gospel et soul. Un Mercury Prize -- le sésame de tout artiste UK souhaitant percer -- plus tard, et les Young Fathers auraient pu gentiment rentrer dans le rang du hip-hop smart apparu ces dernières années, à la Kendrick Lamar et autres Drake.

Mais non. Pour qualifier White Men Are Black Men Too, leur nouveau disque sorti ce lundi 6 avril, Alloyisious Massaquoi utilise ouvertement le mot "pop" : "L'étiquette du vinyle et du CD affiche 'Rock et pop'. Vous voulez probablement savoir ce que ça fait là, n'est-ce pas ? Et bien... (inspire) Quand tout est un post post post post de quelque chose plus ancien et meilleur, où est l'exception ? (expire). (...) Quand le R'n'B n'a pas de blues, quand le hip-hop est un boom bip avec un petit nouveau, une p*tasse, c'est en dehors de la rue que nous allons. Où un groupe comme Young Fathers, qui "picore dans le magasin de bonbons de la musique populaire, ne brandit aucun drapeau et ne jure allégeance à aucun pays", peut-il aller ? 

Il doit aller à l'endroit où Beck fait un sandwich avec les Beach Boys et Captain Beefheart, où Faut et The Fall dansent un tango. Dans le rock et la pop vous êtes autorisés à être vous-mêmes. Si tu es un garçon de Brixton aux yeux bleus et verts avec la peau blanche et cireuse, tu peux devenir la quintessence de la soul cristallisée. Ça marche dans les deux sens". Pour résumer, à bas les étiquettes et bonjour aux Young Fathers enfin "eux-mêmes", explosant les limites du hip-hop côté musique pour en embrasser que l'esprit et le groove -- une réflexion qu'a également Pigeon John.

Et quand les Young Fathers se la jouent naturels, le résultat est épatant : enregistrement lo-fi, revendications politiques loin des grosses bagnoles et des manteaux en fourrure (l'album tourne, comme son nom le laisse présager, autour des questions d'identité, d'égalité et de discriminations raciales), instru' empruntant autant au psychédélisme d'Animal Collective comme à, et ça s'entend très clairement, TV On The Radio. A retenir : le court mais intensément électronique "Feasting", l'entêtant "Sirens", le presque pop-folk "Nest", le flow traînant de "John Doe"... Tout l'album finalement.

White Men Are Black Men Too

Young Fathers

  • Label: Big Dada
  • Sortie: 06/04/2015
  • Note: