JE RECHERCHE
We Love Green : 5 raisons de ne pas rater la nouvelle édition

We Love Green : 5 raisons de ne pas rater la nouvelle édition

La quatrième édition du festival We Love Green aura lieu les 30 et 31 mai prochains. Greenroom vous donne cinq bonnes raisons de vous y rendre, au cas où vous en chercheriez encore.

Une manière idéale de débuter la saison des festivals. We Love Green, où se côtoient chaque année depuis quatre ans jeunes filles couronnées de headbands à fleurs et familles nostalgiques d'une société hippie rêvée ouvrira ses portes le 30 mai prochain pour deux jours de musique douce.

Comme chaque année, le joyeux rassemblement aura lieu dans le parc de Bagatelle et mettra l'accent sur le côté "vert". Se décrivant lui-même comme "pionnier et engagé", le festival mise sur le choix d'une décoration à l'esthétisme travaillé et d'une nourriture biologique. Ainsi, We Love Green met en avant le fait que la totalité de l’éclairage de la scène principale soit générée par l’énergie solaire, que l'entièreté de l'évènement soit approvisionné par une énergie renouvelable (solaire, générateurs à biocarburants de récupération) ou encore que toute la vaisselle soit compostable et compostée. Une démarche rare qui mérite d'être saluée.

Le festival n'en n'oublie pour autant pas de soigner sa programmation musicale et peut s'enorgueillir d'avoir parmi elle de nombreux groupes très attendus. Green Room en a sélectionné cinq.

Célébrer le retour de RATATAT

Voir le nom de RATATAT figurer sur la liste des programmés d'un festival parisien relève presque de l'illusion d'optique. La dernière fois que le duo electro-rock new yorkais a foulé le pied du sol français doit remonter à 2011, lorsqu'ils ont fait une apparition remarquée au Printemps de Bourges. Depuis, on compte sur les doigts d'une main les occurrences du groupe dans l'actualité, à l'image de leur page Facebook, actualisée environ deux fois par an.

Seul dernier évènement en date, l'envolée en solo de la moitié de RATATAT, Evan Mast. Ce dernier s'est essayé à la production de morceaux à dominante hip-hop, sous le pseudo E.Vax. Il nous offre cependant peu de son pour être rassasié, son dernier morceau "Daughters", target="_blank">Soundcloud à l'appui, date d'il y a un an. Les festivaliers seront donc ravis d'apprendre que Mike Stroud et son acolyte prévoient un successeur à leur LP4, sorti en 2010, répondant au sobre nom de Magnifique. Il est normalement prévu pour le 15 juin. Ratatat fait également partie des têtes d'affiche du festival Coachella qui débute ce week-end.

Retrouver Nicolas Jaar

Le petit prodige américano-chilien nous prépare depuis quelques mois à son (grand) retour. De la BO d'un film arménien datant de 1969, Sayat Nova, au remix du titre "What Kind Of Man" de Florence And The Machine, le producteur ne cesse de disséminer ça et là des effets d'annonce. Il dévoilera quelques titres de son tant attendu deuxième album - qui sort dans le courant de l'année - sur la scène du festival dimanche. Une raison qui à elle seule motiverait n'importe quel festivalier.

Découvrir Ghost Culture

Son premier album a révélé au monde ce Londonien talentueux. James Greenwood de son vrai nom, petit protégé de Phantasy, label d' target="_blank">Erol Alkan, a réussi un coup de maître avec son électro romantique et sensible qui comprend une bonne dose de songwriting. Le musicien de 24 ans a expliqué dans une interview à Brain que sur scène, il utilisait "quatre ampoules qui réagissent à la musique (...) programmées pour que ça fasse un truc un peu cinétique. Pour que les gens ne voient pas que (lui) sur scène. C’est plus une performance, (lui) et (s)es lampes". Nous sommes curieux de voir ça.

Voir l'hydre à trois têtes Siriusmodeselektor

C'est un mélange pour le moins détonnant. Siriusmo, Moritz Friedrich dans le civil, producteur électro allemand et graffeur, fait équipe avec le duo venu de Berlin Modeselektor. Ensemble, ils livreront une musique éclectique aux influences techno, rap acide et happy métal. Modeselektor avait confessé dans le documentaire We Are Modeselektor, qu'ils avaient monté le label Monkeytown Records dans le but de distribuer la musique de Siriusmo. Leur alliance est on ne peut plus logique.

Fêter le printemps avec Django Django

Le quatuor écossais Django Django viendra fouler la scène du festival samedi pour présenter leur deuxième album, Born Under Saturn, qui sortira le 4 mai. Après s'être fait une place conséquente dans le milieu de la pop en livrant leur premier opus éponyme en 2012, on en attend pas moins de leur second essai, qui s'annonce tout aussi convaincant.

Plus d'infos ici.

Photo : © Yulya Shadrinsky