JE RECHERCHE
"Oracles du design" : l'expo qui révèle le sens caché des objets

"Oracles du design" : l'expo qui révèle le sens caché des objets

Qu'est ce que le design, et surtout : à quoi sert t-il ? L'exposition "Oracles du design", qui démarre le 3 Avril à la Gaîté Lyrique apporte quelques éléments de réponse.

Quelle est la définition du design, terme ambigu qui désigne tantôt un objet, tantôt l'activité d'un créateur de mode, quand il ne qualifie pas une pièce"épurée" décorée par Valérie Damidot et ses équipes ? Si l'on en croit Wikipedia, "Le design est la création d’un projet en vue de la réalisation et de la production d’un objet ou d’un système, qui se situe à la croisée de l’art, de la technique et de la société." Un constat qui semble partagé par Lidewij Edelkoort, fondatrice de l'un des bureaux de tendance les plus célèbres au monde, et commissaire de l'exposition Oracles du design, qui démarre le 3 Avril à la Gaîté Lyrique. A travers dix thèmes (Archaïque/ Nomade/Abstrait /Naïf/Curieux/Simple/Gonflé/Organique/Humble/Mutant), l'exposition raconte les objets cultes de la collection du Centre National des Arts Plastiques devenus oracles, des messagers des temps modernes qui nous éclairent sur notre rapport au monde.

L'objet design, miroir des mutations sociales

"La frontière entre art et design a tendance à s'effacer, dans les écoles de design, les élèves ne font même plus de distinction claire entre les deux", explique t-elle lors d'une visite guidée pour une poignée de journalistes privilégiés. La prévisionniste hollandaise des modes et tendances y présente des objets du quotidien vus sous le prisme de designers de talent. Parmi eux, certaines "rock stars" du design, comme Philippe Starck, Matali Crasset, Marc Newson, Marcel Wanders ou Patrick Jouin (ci-dessous) pour ne citer qu'eux.

oracle_noir_7_-_patrick_jouin_-_fnac_05-932_0

Solid - Patrick Jouin / Fnac

Qu'entend t-on par objet design? Pour Lidewij Edelkoort "Il est ultra léger pour mieux voyager, potelé pour nous protéger, bourgeois pour nous rassurer, intimiste pour nous cajoler. Il est méditatif pour nous apaiser, figuratif pour nous ravir, absurde pour nous interroger, brut pour nous attacher. Il est virtuel pour nous transporter." L'objet du quotidien comme miroir des mutations sociales ? Elle répond par l'affirmative: "Un meuble en fibre de carbone illustre le fait que nous vivons dans une société de plus en plus légère, voire immatérielle. Les objets simples, en bois blonds, un peu ruraux, traduisent, eux, notre attirance pour une vie plus normale, moins excessive."

Et comme pour étayer ses dires, elle s'attarde particulièrement sur le thème du naïf, cocon rassurant, terrain de jeux favori des consommateurs marqués dans leur chair par la crise économique. "Petit à petit, dans une société très marquée par la crise, les designers retournent vers l'enfance. Ils proposent un regroupement d'objets figuratifs qui évoquent le gribouillage, la pâte à modeler, entre abstraction et naïf", dit t-elle, désignant le fauteuil Banquete de Fernando & Humberto Campana composé de peluches cousues sur une structure en métal (ci-dessous).

design

D'objet pratique à objet de luxe

OK, mais le design, concrètement ça sert à quoi ? Afin d'en savoir plus, les novices que nous sommes avons interrogé Stéphane Malka. A tous ceux qui conçoivent le design comme une énième déclinaison d'un marché de l'art contemporain snob et difficile d'accès, l'architecte et designer oppose un retour aux sources :
"A la base, le design répond avant tout à des problématiques relatives à l'utile. Cette faculté à créer et modeler nos objets du quotidien comme des extensions de nos mains, c'est tout de même l'une des différences majeures entre l'homme et l'animal ! Au fur et à mesure de l’évolution de la société, le design s'est mué en un moyen d’étirer nos fonctions, de les humaniser. Et de façon plus contemporaine, à l’ère industrielle, cela a amené un accès démocratique - parce que pas très cher - à de la création en série : mobilier, objets du quotidien et arts de la table."

oracle_noir_4_-_erwan_ronan_bouroullec_-_fnac_2011-301_0

Oracle noir - Erwan & Ronan Bouroullec / Fnac

Comment cette visée première, purement pratique, s'est t-elle muée en véritable recherche esthétique et conceptuelle? Par quel cheminement les objets dits "design" se sont t-il fait une place au chaud dans les foires d'art contemporain ? "Les héritiers de ces designers 'démocratiques' qui proposaient du confort accessible à tous ont trusté les licences pour en faire des objets de luxe, poursuit Stéphane Malka. C'est ainsi qu'on a assisté à l'anoblissement du design : aujourd'hui les meubles de Jean Prouvé sont en en vente à plusieurs milliers d'euros à la galerie Patrick Seguin, et s'adressent à des ultra-privilégiés."

starck

Bedside Gun - Phillippe Starck

Cette glorification des designers stars a en effet quelque chose de contradictoire en pleine époque du "Do It Yourself", et où les amateurs de design adorent "dénicher" des meubles construits par des illustres inconnus au détour de brocantes. Mais qu'on se rassure, les trésors d'ingéniosité déployés par les copistes promettent de beaux jours au design pour tous : la lampe bedside gun de Phillippe Starck (ci-contre) exposée à la Gaîté Lyrique est - aussi - disponible sur des sites de décoration low cost... à un dixième de son prix.

Faîtes le test des Oracles du design ici

Texte par Melanie Mendelewitsch