JE RECHERCHE
Découverte du jour : Fort Romeau, la house langoureuse

Découverte du jour : Fort Romeau, la house langoureuse

Découvert en 2012 avec son EP Kingdoms, l’Anglais Fort Romeau revient avec trois extraits de son nouvel album envoûtant et minéral. Une petite pépite de la house british.

En écoutant les trois premiers extraits d'Insides, on ne peut s’empêcher de penser à tous ces petits Anglais qui livrent depuis quelques années une musique électronique taillée avec précision, qui se prête aussi bien à la rêverie qu’à la pénombre des clubs. Fort Romeau ne déroge pas à la règle, avec cet album dont la sortie est prévue le 31 mars et qui fait penser aux morceaux ultra léchés - mais beaucoup plus démoniaques en live - de son compatriote Ghost Culture.


Repéré en 2012 - certes ce n’est donc pas tout à fait une découverte mais néanmoins une jeune pousse -, Mike Greene de son vrai nom (et anciennement claviériste pour les tournées de La Roux) promène nonchalamment son visage poupin et sa house très deep d’une oreille à l’autre. Et confirme ainsi le renouveau d’une house qui assume pleinement ses racines implantées à Chicago.

Plus dansante sur Kingdoms - EP sous forme d’album -, la musique de Fort Romeau se fait plus élégiaque sur son album Insides. Et plus sexy aussi, notamment sur "Folle" où les beats encouragent un mouvement mollement chaloupé, avant de devenir très minéral sur le dernier morceau "Cloche".

Entre ces deux opus, le jeune producteur installé à Londres est entré dans l’écurie de Ghostly International (Kingdoms était sorti chez 100% Silk). Et entre les deux, il y a aussi eu le succès de l’entêtant Jetée, de l’EP Stay/True et Her Dream aux accents presque disco. Une évolution et une maturation qui ont donné naissance à ce premier vrai album à écouter (ici avec des extraits pour chaque morceau) sans modération.