JE RECHERCHE
Cinq labels français à surveiller de près

Cinq labels français à surveiller de près

Être fan d'un artiste, c'est une chose. Mais connaître sa famille en est une autre : le meilleur moyen de tomber sur des pépites reste ainsi de surveiller les jeunes labels ! Tour de France made in Green Room Session. 

Dawn Records

dawnrecords_logo_vecto

C'est qui ? Une bande de potes lyonnais, se décidant un soir de 2009 place Saint-Jean de lancer leur propre label. Au fur et a mesure, la petite famille a grandi et compte aujourd'hui JNPLSRC, HAJJ, Larcier, Faon, Weirdd, Bruma, Renart et VoPhoniq, ces deux derniers concentrant l'intégralité des sorties.

Quel style ? Techno à tendance hypnotique et pas forcément très solaire. Il n'y a qu'à écouter "Et le rêve des absents" de Renart, publié il y a un an sur le SoundCloud (rarement mis à jour visiblement) du label.

Leur artiste phare ? Difficile de départager entre VophoniQ et Renart, entre expérimentation d'un côté et efficacité dark de l'autre.

Leur dernière sortie ? Dawn Records a actuellement l'air d'être dans une période de creux niveau sortie, mais ce n'est que pour mieux accompagner leurs artistes en tournée : entre l'Australie et Bordeaux, les lyonnais se baladent beaucoup ces derniers mois. A noter, cette exploration planante et épileptique de HAJJ sortie le mois dernier.

Pourquoi on aime ? Cyril Bonin, le directeur du Transbordeur (salle de concert à lyon, ndlr), a qualifié Dawn Records de "nouvelle génération de label qui accapare des genres musicaux pour créer le leur". Rajoutez une pincée d'avant-gardisme à ce mélange d'influences, et vous aurez une belle machine à pépites underground.

 

Microqlima Records

microqlima

C'est qui ? Antoine ‘Qosmonaut’, DJ et ex-membre de Cracki Records, a lancé sa bulle météorologique l'année dernière. Aujourd'hui, il est manager d'Isaac Delusion et de L'impératrice.

Quel style ? Globalement pop, Microqlima s'autorise chants et spoken-words en français (Cliché), envolées psyché gainsbourgeoises (MOOON) et surf-music décalée avec Amarillo.

Leur artiste phare ? Microqlima ne compte que trois signatures, toutes trois des excellentes découvertes : le label joue la carte du petit comité certes, mais surtout de l'efficacité. On peut néanmoins s'attacher à l'EP éponyme de Cliché, toute première sortie maison comptant l'excellent morceau "Hélicon". Les divagations psychédélique de "théorisations sur les ailes des papillons" ont eu leur petit succès en octobre dernier, passant notamment sur les ondes du Mouv'.

Leur dernière sortie ? Un clip tout plein de dinosaures en plastique et de couleurs vives pour Amarillo. Leur premier album est attendu pour le 10 mars -- sur Microqlima bien sûr.

Pourquoi on aime ? Dans son manifeste, le label se veut mélomane-écolo : "ensemble, luttons contre la déforestation des textes, l’élevage intensif et le gavage de tympans, privilégions l’imagination renouvelable". Sauvez nos oreilles de l'uniformisation due aux OGM pop ? Personne ne peut être contre.

 

Rouge Vinyle

rouge vynle

C'est qui ? Quatre trublions - Elfy Andrade, Faustine Amsellem, Rachel Dubour et Valentin Toqué - avides de musiques indépendantes qui décident de fonder leur label en décembre 2009.

Quel style ? Post-punk, pop française, rock & roll, new wave ou folktronika.

Leur artiste phare ? Bagarre. Une jeune meute fauve composée de quatre personnes qui se veut un savant mélange de beat techno et synthés cold. Ils ont récemment eu l'occasion de présenter leur premier EP, Bonsoir nous sommes Bagarre, lors du festival A Nous Paris Fireworks.

Leur dernière sortie ? Bagarre. Et ça suffit amplement.

Pourquoi on aime ? Parce qu'en plus d'être un label, Rouge Vinyle organise surtout des évènements. Parmi eux : "La maison ne fait pas crédit", lors desquels ils font un "safari des plus jolis et inconnus bars de Paris !", ou encore Le "Nouvel An Belge" en 2012, des soirées aux Trois Baudets, à la Mécanique Ondulatoire et à l’International où on a notamment pu croiser Picnic Break et The George Kaplan Conspiracy.

 

 

Ventura Records

1512053_397375597076032_815621714_o

C'est qui ? Le label parisien a vu le jour en 2013 à l'initiative de Lucien et Alexis.

Quel style ? Electro et pop. Mais aucune porte n'est fermée.

Leur artiste phare ? Traumer. Le jeune Romain Reynaud qui se cache derrière ce pseudo est devenu, en l'espace de quelques mois, une valeur sûre de la techno française. Après avoir sorti un EP, Innocent, très remarqué en 2013, Traumer a enchaîné avec un premier album, Takt, sorti l'année dernière.

Leur dernière sortie ? Sekuoia. Après un passage aux Trans Musicales de Rennes en décembre dernier, Patrick Madsen de son vrai nom, jeune pousse venue de Copenhague, a sorti son premier EP, Reseat Heart, hier. Ecoutez et regardez un extrait avec le clip de "Somewhere".

Pourquoi on aime ? Parce que l'imaginaire y a une place prépondérante et que la musique y est intrinsèquement liée à l'image, conférant à ce label une touche très cinématographique.

 

Antinote

antinote 2

C'est qui ? Label parisien créé en mars 2012 par Quentin Zaltan Vandewalle et Iueke, au Baron Rouge. Le label est dirigé par Quentin et Check Morris.

Quel style ? De la techno, de l'électronique décomplexée, de l'éclectisme avant toute chose.

Leur artiste phare ? On oscille entre Iueke, la transe d'Albinos ou encore la pop psyché de Syracuse.

Leur dernière sortie ? D.K. Son deuxième EP, Love On Delivery, se découpe en quatre morceaux empreints de chaleur boogie.


Pourquoi on aime ? Pour la variété des artistes présentés qui permet au label de ne pas s'enfermer dans une case et, ainsi, de toujours nous surprendre.

 

Clémence Meunier et Virginie Le Borgne