JE RECHERCHE
Le frenchcore : c'est quoi ça encore ?

Le frenchcore : c'est quoi ça encore ?

Le frenchcore est -- peut-être -- la nouvelle tendance à rejoindre le marché de la mode. Mais pour combien de temps ? Tour des modes aussi éphémères que riches en novlangue. 

Amis fans de hardtechno, rangez vos indignations, on ne parle pas ici de frenchcore au sens musical du terme. Ce doux mot ne concerne plus uniquement les teufeurs francophiles : le frenchcore, c'est un normcore french touché, streetwear sans être trop casual, trendy sans être trop yummy new-yorkais. Rien compris ? Normal. On vous aide avec un petit dico des tendances aussi éphémères que riches en vocabulaire pour enfin s'y retrouver... Et pourquoi pas briller en société entre une présentation de collection capsule et un café en concept-store.

Le petit nouveau : le frenchcore

Repéré par Les Inrocks Styles, le frenchcore reprend les basiques du streetwear. Sauf que le blouson un peu lâche qui ferait une silhouette d'endive à Rocky Balboa, quand il est frenchcore, est en cachemire. Et le jogging de couch-potatoe est coupé comme un costard à porter -- évidemment -- avec une paire de Stan Smith. Cette french touch relax mais chic a donc maintenant un nom selon le site des Inrocks, terme trouvé ça et là dans des magazines anglo-saxons (pour être complètement honnêtes, nous sommes surtout tombés sur des morceaux de Radium). Le mag' cite quelques marques -- françaises, bien sûr -- répondant à cette esthétique, le label parisien Harmony en tête. Avec Jérémie Laheurte (le petit copain largué dans La Vie d'Adèle) en égérie masculine, le côté "jogging haute-couture" se retrouve assez bien :

PicMonkey Collage

Côté filles, Jour-né (gros plan en tête d'article) met le paquet dans cette réappropriation des normes du sport : en somme, on va au tennis comme on va en boîte.

journelookbookcontenu16

Un dérivé du normcore

Le frenchcore est loin d'être une révolution, reprenant les codes du normcore (mais en un peu moins touriste en bermuda-tong, tout de même), mouvance inventée de toutes pièces il y a quelques mois en réaction à la folie hipster : à force d'utiliser le mot pour tout et n'importe quoi (de l'amateur de cyclisme à tous les barbus de France), les vrais hipsters, ceux qui, vraiment vraiment, n'aiment pas s'habiller comme tout le monde, ont décidé de... S'habiller comme tout le monde. Parce que c'est ça, la vraie subversion aujourd'hui : porter un pull uni avec un pantalon pas très bien coupé -- mais hors de prix, cela va de soi. Le site DailyShopWindow s'est chargé d'éclaircir tout ça pour ceux qui n'y comprennent plus grand-chose :

normcore-vs-hipster

Dans quelques années, on appellera ça "s'habiller comme un dimanche". Parce que là est le grand paradoxe (et la triste fin) de tous ces mouvements de mode : dans deux ans, plus personne ne saura de quoi vous parlez quand vous direz "oh tellement frenchcore ton polo Zadig & Voltaire !". Même sentence pour tous les courants pour garçons ci-dessous, chics mais par trop, nerds mais pas trop, beaux mais pas trop.

Messieurs, plutôt cosyboy chic ou nerd chic ?

La tendance n'est pas l'apanage des filles, bien au contraire. Ainsi, APC prévoit un automne-hiver 2015 "cosyboy chic" dans sa toute nouvelle collection homme dévoilée fin janvier. En gros, tout le monde est invité à se balader en pantalon de pyjama, pull pastel et robe de chambre, le tout accompagné de Timberland fourrées. C'est sûr, c'est cosy.

PicMonkey Collage apc

Et si le côté bel endormi n'est pas à votre goût, les gourous de la mode actuelle proposent le revers de la médaille virile : le nerd chic. Un peu moins je-m'en-foutiste, avec plus de cardigans et de motifs, le nerd chic n'a pas l'air d'un nerd (rangez tout de suite ce tee-shirt The Big Bang Theory), mais d'un jeunot ayant piqué un pull à son papy, ou à un fan hardcore de Stromae et de ses lignes de vêtements pleines de motifs et de gilets à pression.

stromae-famille-1024x654

Enfin, côté grandes nouveautés, nous noterons l'apparition du style fuccboi (au grand dam de Teki Latex), qui consiste grosso modo à mettre un short de cyclisme sur des collants, ou du health-goth, quand le streetwear rencontre des gens maquillés tout en noir... En somme, la grande tendance du moment consiste à porter des vêtements de sport tellement stylés qu'on ne fera jamais, ô grand jamais, quelconque exercices avec.

Seapunk, steampunk... Le cimetière des éléphants

Deux mois, trois ans ou toute une décennie : impossible de savoir combien de temps ces modes vont tenir, tant certaines sont aujourd'hui complètement tombées dans l'oubli. Parce que quand on voit le palmarès des gros mouvements du début des années 2010, ce n'est pas bien glorieux. Avec Tumblr, Pinterest ou Instagram, les tendances se font et se défont en quelques clics. Ça a été le cas du seapunk, sorte de mash-up entre influences manga futuriste et Mon Petit Poney, dont Panteros666 s'est fait le porte-parole made in France (et Azealia Banks aux US), ainsi que de son grand frère le steampunk -- où, pour résumer, la reine Victoria rencontre Tim Burton sur fond de révolution industrielle. Relativement difficiles à porter, les vêtements seapunk et steampunk n'existent plus que chez quelques aventuriers du Camden Market à Londres. Frenchcore, normcore, cosyboy chic, nerd chic, fuccboi, health-goth... Leur destin paraît un peu plus sûr, parce qu'après tout, relativisons : il s'agit de survêtements. Et si on s'achetait plutôt un simple jogging chez Décat' pour un peu de running ? Après tout, c'est fait pour ça.