JE RECHERCHE
Une crème vous permettra bientôt d'effacer vos tatouages

Une crème vous permettra bientôt d'effacer vos tatouages

Un Canadien vient d'inventer une crème qui permet d'effacer les tatouages. Un objet qui plaira assurément à bon nombre d'entre nous qui, un jour ou l'autre, regretterons d'avoir fait graver à vie le prénom de la dulcinée du moment.

Vous aimiez Julie mais elle est partie ? Vous avez été transi d'amour pour Arnaud mais il vous a quitté du jour au lendemain ? Vous êtes tombé en pâmoison devant Franck, le chanteur du boys band de l'époque, mais avez grandi depuis ? Vous avez un jour décidé de vous faire tatouer leur prénom et le regrettez terriblement. Un Canadien a peut-être la solution miracle à votre problème : Alec Falkenham, doctorant en Pahtologie à l'université Dalhousie, à Halifax, vient d'inventer une crème pour effacer les tatouages.

Le principe s'avère assez simple : la crème fait appel au processus de cicatrisation que votre peau crée lorsque vous vous faites tatouer. Lors de ce processus, le pigment de l'encre s'immisce sous votre peau où il sera ensuite consommé par des globules blancs macrophages. "Les macrophages sont réputés pour être les plus gros mangeurs du système immunitaire, explique Alec Falkenham. Ils mangent les corps étrangers, tels que les pigments des tatouages, dans le but de protéger la zone de peau avoisinante". Il existe deux catégories de macrophages : les immobiles, gorgés d'encre, qui deviennent inactifs, permettant alors au tatouage de rester visible et ceux qui sont en mouvement et expliquent que les tatouages s'affadissent au fil des années.

Bisphosphonate Liposomal Tattoo Removal (BLTR) cherche par conséquent à atteindre ces macrophages mangeurs d'encre qui restent en profondeur sous la peau. Si Alec Falkenham ignore pour le moment combien de temps il faudra pour que la crème efface définitivement un tatouage, les tests effectués se sont révélés très concluants. Une forme moins coûteuse, l'étudiant estime que le traitement d'une zone de 10 centimètres sur 10 s'élèverait à 4.5 dollars, et plus pratique que d'avoir à faire appel au laser qui certes retire le prénom de l'aimant disparu, mais laisse une nouvelle cicatrice à la place.

La photo en haut de cet article est une capture d'écran d'une vidéo relayée par le TED expliquant très clairement l'histoire du tatouage et pourquoi est-ce qu'ils marquent la peau de manière (a priori) irréversible.