JE RECHERCHE
Cinq façons de travailler autrement

Cinq façons de travailler autrement

Ras-le-bol des open-spaces bruyants et impersonnels ? Des alternatives existent pour travailler différemment et casser les habitudes. 

Le quotidien de la majorité des employés et autres cadres se ressemble : métro, boulot dans un open-space vissé sur une chaise plus ou moins inconfortable, dodo. On a rarement vu moins fun. Et, pas besoin d'être un expert pour le dire, travailler dans un environnement déprimant ne rime pas avec productivité et esprit d'initiative... Ni avec le bon esprit et le calme.

anigif_enhanced-buzz-10322-1380130057-30

Pour éviter de finir à 50 ans aigri, arborant de grosses lunettes à force de s'user les yeux sur un écran et dégoûté de son job, petit tour du monde des nouvelles idées pour travailler mieux.

Co-worker


Amateurs de télé-travail et autres jeunes entrepreneurs : voilà qui on rencontre dans les espaces de co-working, entre développeurs d'appli et journalistes freelance. Mais le co-working, c'est quoi ? Il s'agit tout simplement d'un endroit où chacun peut louer une place pour travailler. Ne pas trimer depuis son canapé, seul avec son chat, ça aide à la motivation. De plus, avec un peu de chance, un espace se cache juste à côté de chez vous, net avantage pour les co-workers obligés de faire 50 bornes pour aller au bureau et s'offrir un cadre de travail plus sain que leur sofa. Le Numa, testé et approuvé, fait partie de ces pépinières nouvelles générations. Au rez-de-chaussée, une cafétéria s'occupe des bosseurs affamés, des posters à messages encouragent la motivation et chacun donne des conseils à son voisin en fonction de ses compétences. Dans les étages, place aux start-ups (majoritairement centrées sur des produits de technologie) et présentations pour concrétiser toutes ces heures de travail et vendre son projet à des investisseurs. Adrien Schmidt, le créateur, se charge de tout expliquer à Paris Match dans cette vidéo limpide :



Avantages : pratique, pas hors de prix (le rez-de-chaussée est en libre de service au Numa, une place dans les étages coûte 20 euros la journée), motivant, permet d'enrichir son carnet d'adresse et bel accélérateur pour les start-ups.

Inconvénient : même entouré par des dizaines de co-workers, on peut parfois s'y sentir un peu seul sans collègues "réguliers".

Le Numa, 39 rue du Caire, Paris 2ème
D'autres espaces existent à Paris comme La Ruche (centré sur les innovations sociales et/ou écologiques), Soleilles (développant l'image des femmes dans les entreprises tech), Le Tank' pour les communicants, La Cantine pour les développeurs ou La Manufacture pour les auteurs, scénaristes et autres journalistes. On peut également noter La Cordée à Lyon ou Coolworking à Bordeaux.

Bosser debout


On vous voit déjà : "mais ça doit être hyper inconfortable !" Peut-être, mais rester assis toute la journée est profondément néfaste (obésité, problèmes de dos et même risque augmenté de maladies cardiovasculaires à cause du manque d'exercice). Le cabinet d'architecte néerlandais RAAAF a ainsi designé "The End Of Sitting", un open-space du futur, où il n'y a ni chaises ni bureaux. Chacun est alors libre de bosser dans la position qu'il préfère, voire debout.

the end of sitting

Avantages : design, bon pour le dos donc, et ça fait des trucs à raconter quand on rencontre quelqu'un.

Inconvénient : la flemme...

Travailler depuis la maison... de quelqu'un d'autre !


Cette drôle d'idée nous vient, comme souvent, de Suède. Le principe est simple : comme pour du co-working, on utilise une place dans un bureau partagé avec des inconnus. Sauf que là, le bureau est situé chez un particulier, et peut aussi bien prendre la forme d'une table de salle à manger que d'un canapé. C'est le site Hoffice (contraction de "home" et "office") qui organise tout ça, et c'est totalement gratuit (vue que la ressource utilisée n'est autre qu'une maison). Le site propose également un mini-agenda type d'une journée de travail Hoffice : bosser, prendre une pause, bosser, manger, bosser, faire la fête avec les autres participants... On n'aurait pas dit mieux !

3041322-slide-s-0-hoffice-turns-your-apartment-hoffice-stockholm-credit-amrit-forss

Avantages : gratuit, permet de rencontrer des gens, plus convivial qu'un bureau classique et on peut bosser en chaussettes.

Inconvénient quitte à travailler dans une maison ou un appartement, autant rester chez soi, non ?

Il existe pour l'instant un seul groupe Hoffice en France, à Paris. Toutes les infos ici

Faire le tour du monde tout en gardant son job


Qui n'a jamais rêvé de tout quitter et faire le tour du monde ? C'est toujours le même problème qui vient anéantir tous ces espoirs de voyages : garder son emploi. Rares sont les patrons qui acceptent que l'on revienne la bouche en cœur après un break d'un an. Mais certains acceptent le télé-travail. C'est sur cette condition sine qua non que repose Remote Year. Si un globe-trotter a la possibilité de travailler à distance pendant une année, cette agence de voyage spécial boulot vous emmènera faire le tour du monde. Programme : travail avec les autres participants en journée, visite le soir et les week-ends... Ou comment allier plaisirs et survie économique ! Et visiblement ça a plu, puisque le premier groupe Remote Year part le 1er juin prochain.

10960256_335747509964897_675930737992113300_o

Avantages : voyager, évidemment, mais aussi rencontrer des gens sur la même longueur d'onde et garder son job.

Inconvénients : ce n'est pas non plus donné, comptez 2000 dollars par mois (1750 euros) pour être logé chaque nuit en chambre individuelle, le transport, des activités et de un à trois repas offerts par semaine.

Quand on a tout essayé : se reconvertir


Quand ça ne passe pas, ça ne passe pas : parfois, la solution pour être heureux au travail n'est pas de changer de position, de voyager ou de quitter les bureaux classiques... Mais bien de totalement changer de vie. Le site Fuyons la défense s'est spécialisé dans ces entrepreneurs et travailleurs lassés par leur train-train. Fonctionnant comme un site de petites annonces classique, la seule différence ici est l'exotisme. Envie de devenir photographe animalier en Afrique du Sud ? C'est une des annonces de la home page. Et pas de problème si votre patron n'est pas au courant de ces envies d'ailleurs, le site propose un petit bouton "mon boss arrive" et vous emmène vers une jolie page de graphiques au-delà de tous soupçons.

fld

Avantages : un site très facile d'utilisation, des offres d'emploi faisant rêver et classées (aventurier, entrepreneur, exotisme, franchisé, impact social, marque sexy et start-ups), pas mal d'offres de CDI.

Inconvénient : certaines annonces ne correspondent pas vraiment aux intitulés, et sont beaucoup moins attractives que ce que peut vendre le site.

Crédits photo : Jeshu John