JE RECHERCHE
On y était : le Border Festival

On y était : le Border Festival

Pour sa première édition, le festival Border s'était lancé un pari très ambitieux : fédérer tous les publics de la musique électronique autour d'un seul et même événement. House, techno, dubstep, EDM, disco... Il y en avait pour tout le monde. On y était, on vous raconte.

Pour un parisien, se rendre à Villepinte peut vite ressembler à une épreuve, alors quand après 30min de RER l'on se rend compte que le site du festival ne se trouve qu'à une cinquantaine de mètres de la gare, le soulagement est certain. Dommage que ces cinquante derniers mètres soient en réalité une file d'attente à ciel ouvert, sous une pluie battante. De quoi vous faire détester l'hiver.

Une fois les contrôles passés, on marque un temps d'arrêt à l'entrée du hangar où se déroulent les festivités. Il est tôt (22h) et l'endroit est encore vide. Il se confirme malheureusement encore une fois qu'il est difficile de faire bouger le public électro en début de soirée. A cette heure seul une centaine d'âmes s'agite face à la scène Bass Music où officient  l'association franco-hollandaise Habstrakt & Megalodon, pour un set peu excitant de dubstep sans concession.

Direction donc la scène « From House to Techno », sur laquelle on retrouve Delano Smith, pointure techno de Detroit n'ayant rien à envier au fameux Belleville three. Celui-ci a délivré durant presque 2h un set entre house et techno d'excellente facture. Seul hic, le public ne semblait pas au rendez-vous, la majeure partie de l'audience semblait happée par l'impressionnante queue du vestiaire. Évidemment, lorsque tout le monde arrive en même temps, il y a engorgement. Minuit sonne avec l'arrivée du duo berlinois Niconé & Sascha Braemer. Les 20 premières minutes de leur set sont exclusivement composées de house teintée d'EDM, taillée pour Ibiza. Pas forcément la musique la plus raffinée...

Le Camion Bazar : la valeur sûre

Retour à la scène dubstep, pour la fin du set de Mantis & Rekoil. Durant quelques minutes, le parc des expositions de Villepinte prend de faux airs de Bagdad bombardé tant la violence est de mise. Le public a pris son temps pour se rassembler mais est désormais conséquent et se livre à un véritable pogo version électronique. Arrivent ensuite Yellow Claw et avec eux une ambiance trap de fête foraine aux relents de makina et de gabber. Reçues en véritables stars par le public, les hollandais, qui proposent une version plutôt lourde et caricaturale de la musique électronique, ont tout de même de quoi désarçonner.

Le salut viendra de la scène du Camion Bazar. Merci à Romain Play et Nico 100coins de nous avoir redonné foi en l'électronique. Abrités sous leur tente, à grand renfort de vinyles house et techno, on échappe à  la tempête EDM qui souffle un peu trop fort sur cette première nuit du festival Border.

camion bazarLa scène du Camion Bazar.

On n'en sort que pour saluer l'arrivée du vétéran Kerri Chandler. Comme à son habitude, celui qui est considéré comme l'inventeur de la deep-house s'est montré magistral, agrémentant sa performance d'improvisations sur un micro Korg, créant un hybride entre live et DJ set. Et si auparavant la scène techno semblait dépourvue de public, l'affluence était désormais toute autre. Avec Kerri, on n'est jamais déçu !

 

Souvenir du #day1 au Border avec Kerri Chandler au piano, très bon !

Une photo publiée par Green Room Session (@greenroomsession) le

 

A 4h, il était temps pour lui de passer le relais à Marek Hemmann. Mais, chauffé à blanc, le public fut assez peu réceptif à la techno très minimale de l'allemand.

Kerry Chandler et Cassius en B2B

Samedi, c'est un peu le même scénario : Villepinte c'est toujours loin et la météo est toujours rude... Sauf qu'en guise d'accueil on n'a pas droit a du dubstep mais à de l'EDM. Watermat est aux commandes. On n'est pas tous obligé d’être amateur de son style. Kavinsky qui débute sur la scène disco n'est pas forcément beaucoup plus excitant avec un hasardeux mélange de disco et d'électro turbine. Heureusement la scène du Camion Bazar est aussi excitante qu'hier!

On en sort pour le set de Cassius. Excellente initiative car les vétérans de la french touch  nous réservent une belle surprise: Kerri Chandler, après un set magistral la veille faisait une nouvelle apparition à Villepinte en back 2 back avec le dynamique duo. L'ambiance est à la franche camaraderie et le trio a pour l'occasion ressorti les bons vieux classiques house et électro de la fin des années 90 et des années 2000. L'association du duo parisien avec une légende de la house est particulièrement bien sentie. Une belle réussite !

Deux heures plus tard, c'est SebastiAn qui prend le relais avec son électro turbine aux accents métal. Les plus jeunes sont de nouveau en furie et les plus vieux un tantinet nostalgiques, car après tout la programmation de ce samedi (Cassius, SebastiAn, Kavinski...) c'est la bande son d'une génération!

 

Cassius x Kerri Chandler, la French Touch collabore avec une des légendes de la house !

Une photo publiée par Green Room Session (@greenroomsession) le

 

Avant de partir on fait un dernier crochet par la scène EDM, la ritournelle de Klingande n'est pas vraiment différente de celle de ses congénères (Watermat, Bakermat etc). En quelques secondes on frise un peu l'overdose de saxophones.

Il est décidément difficile de mélanger des communautés et des styles musicaux aussi opposées que la techno et l'EDM. Mais on ne peut que grandement saluer l'initiative des organisateurs de Border, qui ont souhaité en donner pour tous les goûts. Et de fait, on a toujours trouvé de quoi danser et s'amuser. Rendez vous l'année prochaine ?

Thibault Strzelczyk