JE RECHERCHE
Drones : des musiciens 2.0 ?

Drones : des musiciens 2.0 ?

John Cale, ancien membre du Velvet Underground, s'est accompagné d'un "orchestre de drones" lors d'un concert à Londres : qui a dit qu'un tas de ferraille ne pouvait pas être poétique ? 

Les expérimentations, John Cale connaît. Déjà au temps du Velvet Underground, pour lequel il se chargeait de chanter de temps en temps, de jouer de l'alto, du clavier ou de la basse, ce Gallois né en 1942 s'écharpait régulièrement avec Lou Reed pour être trop entreprenant, tenter trop d'expériences sonores. Séparé du groupe en 68 pour lancer sa carrière solo, il a, depuis 40 ans, toutes les latitudes pour bidouiller des machines et s'attaquer à toutes les nouvelles technologies qui sortent. Dernier fait en date : les drones. S'éloignant de leur fonction militaire originelle, ces petites bêtes volantes commencent petit à petit à s'installer dans nos clips ou à être achetées par des particuliers. John Cale a décidé de les détourner pour les incorporer dans un concert, performance unique donnée dans la salle The Barbican à Londres et appelée LOOP>>60Hz: Transmissions from the Drone Orchestra. 

Les débuts ont été difficiles. Peu de salles voulaient se prêter à l'expérience. Et pour cause, les drones sont faits pour voler en extérieur, pas pour frôler les têtes des spectateurs avec leurs hélices coupantes. Mais pourtant, ça s'est fait, et le tout a été documenté par les toujours curieuses équipes de The Creators Project. Les drones ont été décorés, mais aussi ornés d'enceinte portant la voix du chanteur partout au-dessus de l'audience. John Cale est conquis par l'avancée technique, mais aussi la poésie de ces robots. Le vrombissement inquiétant devient musical, et leur ballet aérien évoque autant de familles et situations, loin de nos idées préconçues sur cette technologie : "si tu fais voler un drone, c'est un mystère. Si tu en as deux, c'est une histoire d'amour. Et si tu en mets plus que ça, c'est une dispute familiale". Abstrait dit comme ça. Mais terriblement palpable dès qu'on regarde cette vidéo (en anglais) :

© James Medcraft