JE RECHERCHE
Pink Floyd : un dernier pour la route

Pink Floyd : un dernier pour la route

David Gilmour et Nick Mason de Pink Floyd sortent aujourd'hui un album d'inédits enregistrés il y a 20 ans, le clap de fin de leur immense carrière. 

"Pink Floyd s'apprête à sortir un album inédit" : tous les fans de rock psyché et autres néo-hippies accro à The Wall ont accueilli cette nouvelle en serrant les dents, très fort. Qu'est-ce que c'est que cette manie de ressortir de derrière les fagots deux-trois pauvres enregistrements pour agrémenter sa retraite ? Mais là, force est de constater que David Gilmour et Nick Mason, les deux rescapés de Pink Floyd, n'ont pas l'air de vouloir salir l'image du groupe pour quelques dollars de plus. Au contraire, The Endless River, la quinzième sortie studio du rock-band légendaire, est avant tout un hommage au claviériste Richard Wright, décédé d'un cancer en 2008. 

"J’ai eu envie, avec Nick Mason, a expliqué David Gilmour à Télérama (numéro en kiosque ce mercredi 12 novembre), de réécouter les longues heures de musique jouée, à trois, avec Rick Wright, en 1993, en préparation du disque The Division Bell. Rick nous ayant quittés, ce fut une expérience à la fois émouvante et stimulante, tant ce que l’on entendait était spécial. Non seulement parce que cela ne se fera plus, mais aussi parce que nous jouions ensemble comme on ne l’avait pas fait depuis une éternité."

En juillet dernier, Polly Samson (la femme de David Gilmour et aussi ancienne parolière de Pink Floyd sur The Division Bell) a ainsi annoncé la sortie de The Endless River, le tout dernier album de Pink Floyd (ils l'ont promis). Le disque reprendra ces enregistrements de 1993 et 1994 auxquels Gilmour et Mason ont rajouté "quelques guitares par-ci, un peu de batterie par-là" et en réenregistré certains morceaux. "L'album, découpé en quatre suites d’une quinzaine de minutes, a été conçu à la manière d’Ummagumma ou des titres 'Echoes' et 'Shine On You Crazy Diamond' : des dizaines d’idées, de sections, d’improvisations que, petit à petit, nous avons reliées en suites cohérentes", a ajouté David Gilmour. 

The Endless River ne va pas dépayser les aficionados de Pink Floyd, avec du rock planant, des montées psychédéliques et toujours cette envie de rendre accessible une musique pourtant audacieuse. Et sachant que la plupart des trames et mélodies datent de 1993, on ne va pas s'offusquer du manque certain de modernité du disque. Bien que datés, les Pink Floyd ne sont pas les derniers à avoir fait des petits : depuis son apogée dans les années 70, le groupe anglais a influencé foule d'artistes internationaux, aussi bien rock et pop qu'électro. Sans Pink Floyd, difficile d'imaginer que le trip-hop ait pu exister : le mouvement 90's de Bristol s'enracine directement dans les rêveries, la rage et la douce anarchie floydienne. Le groupe Archive en est un bon exemple, talonné de près par les Portishead, Massive Attack, Radiohead et plus frenchies Air : 

Et qu'importe si, depuis 20 ans, l'imagerie baba-cool et un peu geek des auteurs de "Money" a été entachée par la grosse machine Pink Floyd, tenant plus du conseil d'administration que du groupe précurseur : avoir une excuse, via The Endless River, pour se replonger dans les classiques "Wish You Were Here" ou "Shine On You Crazy Diamond" est déjà une bonne chose, aussi parce que les échos et autres triturations de Roger Waters et avant lui Syd Barrett (le premier leader de Pink Floyd, rapidement terrassé par la drogue) représentent pour beaucoup les prémisses de la musique électronique -- avec, côté allemand, les bien plus expérimentaux et machinistes Kraftwerk.

Il n'y en a qu'un qui râle : Roger Waters. A partir de 1969, c'est lui qui prit la tête du groupe, avant de le quitter en 1985. Entre deux sortiront les immenses Dark Side Of The Moon (le troisième album le plus vendu de tous les temps, tout de même), Wish You Were Here, Animals ou The Wall. Sauf que le petit génie du rock progressif ne se traîne pas une réputation exemplaire : pendant 16 ans, Roger Waters règne sans partage sur le groupe, allant même jusqu'à indiquer "une œuvre de Roger Waters interprétée par Pink Floyd" sur la pochette de sa dernière contribution The Final Cut en 83. Depuis, les rapports sont froids, entre les procès des années 80 et 90 et les reformations avortées (à part en 2010 pour un concert de charité où Gilmour et Waters se sont retrouvés sur scène). Et si il y a bien un truc qui agace l'ex-leader, c'est quand on lui demande s'il a pris part à ce nouvel album : «Je n'ai rien à voir avec Endless River. Pff, ça n'a rien de sorcier les gars, ressaisissez-vous», a-t-il publié sur Facebook. En attendant, The Endless River était attendu : il est devenu dès fin octobre le disque le plus pré-commandé de l'histoire d'Amazon, explosant le dernier record détenu par... Les One Direction.