JE RECHERCHE
Anja Schneider : "Berlin reste pour moi la capitale de l'électro"

Anja Schneider : "Berlin reste pour moi la capitale de l'électro"

A quelques jours du Big Bang Festival, on a rencontré Anja Schneider, fondatrice du label Mobilee, reine de la techno-house et hyperactive notable. 

Le Big Bang, ce n'est pas seulement la passion de Sheldon Cooper ou un débat scientifique sans fin, c'est aussi notre programme du week-end. Vendredi et samedi revient le Big Bang Festival pour une deuxième édition. Et les équipes du Marvellous Island (producteurs de l'événement) n'ont pas fait les choses à moitié : petit festival devient grand, c'est dans les 5000 m² sous terre de l'Espace Grande Arche à la Défense que se succéderont, sur deux scènes, Moodyman, Max Cooper, Matador, Josh Wink, Recondite, Dominik Eulberg... Et Anja Schneider. L'Allemande a un CV bien rempli : animatrice radio, DJ, productrice, créatrice du label Mobilee Records... On l'a rencontrée à moins d'une semaine de son passage à Paris. Accro au boulot, elle parle vite, répond du tac-au-tac, vit à 100 à l'heure et a toujours le regard tourné vers le futur. Plutôt bon signe pour son passage au Big Bang Festival, qui joue à fond la carte du voyage spatial.

Green Room Session : Quel genre de DJ-set nous prépares-tu pour le Big Bang Festival ?

Anja Schneider : Je n'ai qu'une seule règle quand je prépare une soirée à laquelle je dois jouer : m'adapter à l'ambiance du lieu et aux styles musicaux des DJs passant avant moi. Normalement, ça fonctionne, même si ça m'est arrivé de m'attendre à une atmosphère très calme pour finalement entendre du gros boum-boum (rires) ! D'habitude, je sais exactement où je vais, heureusement. 

Est-ce que tu conçois tes sets différemment en fonction du pays dans lequel tu joues ? 

Ça arrive oui, en fonction en mon humeur aussi : si j'ai eu une semaine pourrie ou que je suis fatiguée, je pousse un peu plus, je donne encore plus d'énergie. 

Combien de temps vas-tu jouer ? 

Pour l'instant, je n'en ai aucune idée, mais je pense que ça va être 1h30 ou 2h de set. Quand je suis sur de gros festivals ou dans des showcases de Mobilee (la scène Supernova, sur laquelle va jouer Anja Schneider, est dédiée vendredi soir au label, avec Rodriguez Jr., Re.You et Sebo K, ndlr), je préfère les sets courts pour que tout le monde puisse avoir une chance de faire des progressions, de développer un univers. Le côté "je suis une tête d'affiche donc je joue 4 heures et le petit jeune va devoir se contenter de 45 minutes", ce n'est pas mon truc, d'autant que j'adore venir avec les membres de Mobilee, c'est bon pour l'inspiration d'écouter les autres. Mais si je suis toute seule, je ne vais pas cracher sur 4 ou 5 heures de show, pour peu qu'il y ait un bon soundsystem... Au final, on y revient toujours, peu importe la déco ou si les gens sont sympas : si le soundsystem est mauvais, le public le sent, et en tant que DJ tu n'as pas du tout envie d'y passer 5 heures !

Le Big Bang Festival s'amuse avec les codes du voyage spatial, des fusées, de la Lune... 

J'adore ça ! J'ai toujours été fascinée par ça. Je n'irai sûrement jamais sur la Lune, mais si je peux jouer dans un festival qui m'y fait penser, tant mieux ! En attendant, je "Dance Under The Blue Moon" tous les samedis dans mon émission de radio (rires)

Merci d'avoir tout de suite vu la transition ! Justement, comment es-tu passée d'animatrice radio dans ton émission "Dance Under The Blue Moon" à DJ tournant un peu partout dans le monde ? 

La transition s'est faite il y a dix bonnes années déjà. Le programme radio avait tellement de succès que j'ai commencée à faire le DJ pour des soirées dédiées à l'émission. Ce n'est pas si étonnant au final, Jeff Mills a aussi commencé comme ça à Détroit dans les années 80. Je faisais déjà une sélection de titres électro... La seule différence c'est que maintenant, je vois vraiment le public ! J'enregistre toujours les émissions et m'occupe du label en semaine, et je joue le week-end : j'aime beaucoup continuer à faire des choses très différentes. 

Quoi de neuf sur Mobilee Records d'ailleurs ? 

On va sortir un EP très intéressant de Maya Jane Coles, et en 2015, comme tous les ans, on va faire notre compilation Mobilee Back to Back : ce sera une année un peu spéciale, on fêtera nos dix ans. Re.You travaille dessus en ce moment, on ne peut pas vraiment en parler pour l'instant mais ça marquera bien le coup ! 

Tu as sorti ton premier album, Beyond The Valley, il y a 6 ans... Et depuis plus rien. Tu comptes en sortir un deuxième bientôt ? 

Je ne pense pas que ce soit vraiment nécessaire. A l'époque, c'était important pour moi, mais aujourd'hui je ne le sens pas vraiment. Je continue à faire des formats courts, parce que j'ai envie de produire de la musique digitale. Je sors un nouvel EP en décembre, ce format est beaucoup plus adapté. Si je me lançais dans la production d'un album, j'aimerais avoir de l'analogique, de vrais instruments, un style musical peut-être très différent. Je n'ai pas trop le temps de me lancer là-dedans, vu que j'essaye de tout combiner : le label, mon émission de radio, être DJ, produire... Et je suis aussi maman, ce qui m'occupe pas mal de temps en journée ! (rires)

Il parait que tu es aussi une grande fêtarde. Tu sors où quand tu viens à Paris ?

Ça fait plus de quinze ans que je suis dans le milieu de l'électro, donc heureusement que j'aime bien sortir... Evidemment, je vais au Panorama Bar chez moi à Berlin, mais je commence un peu à être fatiguée de sortir tout le temps, ça doit peut-être faire 9 mois que je n'y suis pas retournée. Quant à Paris, le soucis c'est que, la plupart du temps, je viens ici pour jouer, c'est un peu compliqué de profiter à fond de la soirée. J'aime beaucoup le Rex et la dernière fois que je suis venue, c'était pour le Marvellous Island, c'était très sympa, je suis très heureuse pour Paris que se développent des festivals comme le Marvellous et le Big Bang, la ville en avait besoin. J'ai l'impression qu'il y a de plus en plus d'offres en matière de grosses soirées et de festivals près de Paris, c'est bien, même si pour moi Berlin reste la capitale de l'électro : c'est génial que Paris ait aujourd'hui deux ou trois soirées avec DJs internationaux chaque week-end... A Berlin, on en a dix ! 

 

Big Bang Festival, vendredi 7 et samedi 8 novembre, à l'Espace Grande Arche de la Défense. 
Toutes les infos ici

Et bonne nouvelle, si vous avez déjà vos places (les dernières sont à choper ici), Green Room Session fait gagner 5 coupe-files. Il suffit de répondre à la question suivante : 

Anja Schneider joue sur la scène Supernova. Quel est le nom de l'autre scène du Big Bang Festival ? 

Envoyez vos réponses à l’adresse [email protected], en précisant vos coordonnées, sans oublier de mentionner « concours coupe-files Big Bang Festival » dans l’objet du mail. Bonne chance !